Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

A la salle de Conférences de l’Institut Cervantès à 19 h : Josefina Molina trouve son “Chemin” à Rabat




A la salle de Conférences de l’Institut Cervantès à 19 h :  Josefina Molina trouve son “Chemin” à Rabat
Aujourd’hui, dans le cadre du cycle de cinéma «Le Scénario» organisé  par l’Institut Cervantès de Rabat,  le public de la capitale est vivement convié à un excellent film « El camino» littéralement «Le chemin» de Josefina Molina. "ce film" relate l'histoire d'un enfant de 11 ans, Daniel «el Mochuelo» qui, la veille du jour où il devait quitter son village pour aller à un internat en ville, se rappelle son enfance et les histoires des habitants de la vallée où il a grandi. Ce sont des souvenirs doux-amers, puisqu'à travers cette succession d'images, le jeune Daniel est écarté non seulement de ses amis et de ses voisins, mais également de sa propre enfance. Le directeur de ce magnifique film, de Josefina Molina, une des rares mais des plus productives directrices de cinéma et télévision des années 70, a été la personne chargée d’inviter au petit écran le paysage bucolique qui reflète Miguel Delibes dans un de ses romans les plus couronnés, "Le chemin".
Le 20 mai prochain, Miguel de Cervantes lui-même sera le protagoniste. Date où sera projetée l'adaptation El caballero D. Quijote (Le chevalier Don Quichote) écrite et dirigée par Manuel Gutiérrez Aragon. «El caballero D. Quijote» est la énième version audio-visuelle de l'immortelle œuvre de Cervantès. Il s'agit d'une adaptation de la seconde partie du livre classique, jouée par l’impeccable Juan Luis Galiardo, dans le rôle de Don Quijote, et par un original et presqu'inconnu Carlos Iglesias, qui incarne Sancho.
Cette dernière œuvre du multidisciplinaire et vétéran directeur Gutiérrez Aragon raconte le processus par lequel Alonso Quijano "El bueno" récupère la raison, tandis que son rustre écuyer se «quijotise». Avec ce film le cinéaste cantabre s'éloigne de l'option la plus idéologique de « Visionnaires », son film précédent, et renoue avec le travail sur Don Quijote qu’il a déjà réalisé pour la télévision en 1991 et qui lui a valu un Prix au Festival de Cannes. Ces films soulignent les brèves mais bonnes apparitions de Juan Diego Botto, Santiago Ramos, Emma Suárez y Fernando Guillén Cuervo.

L
Mercredi 13 Mai 2009

Lu 192 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs