Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

A la galerie MarAuction de Casablanca : Patchwork des œuvres orientalistes et symbolistes




A la galerie  MarAuction  de Casablanca : Patchwork des œuvres orientalistes et symbolistes
Fidèle à ses  passionnants    rendez- vous  avec l’art dans ses figures les plus  représentatives, la Galerie MarAuction   à  Casablanca  abrite une exposition  créative au pluriel qui se présente comme un    patchwork  diversifié d’œuvres d’art : tableaux des écoles marocaines, orientaliste et symboliste, collection de bijoux anciens, berbères et citadins, livres anciens. 
 Il s’agit d’un répertoire  artistique   polyforme ponctué d’un choix bien étudié  et éclectique des  œuvres orientalistes d’une grande valeur artistique,  ainsi que de productions  d’une    panoplie distinguée des figures  illustres des   arts contemporains   au Maroc,  qui ont marqué l’histoire par leurs styles et leurs visions esthétiques.
L’on ne doit pas oublier Mohamed Atallah dont l’oeuvre de jeunesse est intéressante à plus d’un titre, car celui que l’on nommait l’enfant de Bertuchi était un artiste très précoce. Du haut de ses 15 ans, Atallah s’approprie le génie de son maître Mariano Bertuchi. Tout en étant marqué de sa propre personnalité, le style de l’adolescent fait état de l’influence d’autres écoles et d’autres maîtres, en particulier Matisse, Van Gogh, Van Dogen et d’autres impressionnistes-orientalistes de l’époque : «Un simple rappel, sans prétention aucune, mais utile pour réaffirmer notre conviction que le choix d'artistes talentueux et porteurs d'avenir peut s'avérer également une décision judicieuse en matière d'investissement. La veine orientaliste semble s'épuiser, et l'heure des artistes marocains encore méconnus pourrait bien enfin sonner, rappelant qu'il n'est pas fatal de se ruiner pour acquérir une vraie oeuvre d'art. Pour peu, bien sûr, que l'adrénaline spéculative ne l'emporte pas (toujours...) sur l'émotion esthétique. »,   précise Ali Tazi,  directeur  de MarAuction.
Ainsi, cette exposition nous fait connaître l’école d’Essaouira  dont les  figures les plus illustres sont : Boujemaa Lakhdar (1941-1989),   le  fondateur  du Musée des arts populaires d’Essaouira  et l’artiste chercheur  qui était fortement inspiré des arts et traditions populaires du Maroc. Par son œuvre et son intérêt pour la culture, il reste la personnalité la plus marquante parmi les peintres marocains. Depuis 1959,  il a exposé dans plusieurs villes du Maroc, mais aussi en France, à l’occasion de la sixième Biennale de Paris. En 1989 quelques-unes de ses compositions ont été  sélectionnés pour l’exposition universelle intitulée «les magiciens de la terre» au Centre Beaubourg à Paris.
Abdellah El Atrach , né en 1972 dans les environs d’Essaouira,  l’artiste, qui  après quelques années d’école, a exercé divers métiers : cordonnier, marqueteur, pâtissier... Il a exposé à Essaouira en 1996, en Belgique en1997 (Anvers - Musée Royal des Beaux-Arts). A l’occasion du «Temps du Maroc en France», il  a participé aux expositions officielles à Strasbourg, Bourges, La Rochelle, Lyon, Pézenas, Saint Etienne. En 1999,  il reçut le prix spécial du jury au concours international «Pro Art Kasper» Suisse.
 Quant à Mohammed Tabal, il  use pleinement du droit de l’artiste de peindre comme disait Frédéric Damgaard, historien d’art. Libre dans sa démarche,  ce « peintre de l’errance et de la transe »,  n’appartient à aucune école et n’a subi aucune contrainte, rien ni personne ne bride son inspiration.
Toutes ces œuvres exceptionnelles  se veulent  un capital symbolique et une richesse immatérielle  et illumineront   une  vente aux enchères qui aura lieu  à la Galerie MarAuction, le samedi   20 juin     2009 à 15 heures 30, en  répondant  au plaisir  des  férus d’art  et amateurs   les  plus avertis  et le plus  avisés.
Cette galerie présente également  quelques tissages de l’Anti Atlas central (Taznakt, Ida ou Nadif, Ait Ouaouzghit…) en provenance d’une collection particulière. On cite à titre de référence  un tissage des Beni Yacoub qui  fait partie  de la  section «Arts Traditionnels»: Un graphisme d'une étonnante modernité, et une symbolique qui remonte à l'histoire très ancienne de l'art brut. On ne peut s'empêcher bien sûr de penser à Ahmed Cherkaoui, mais l'on pourrait tout aussi bien évoquer Basquiat, ou d'autres précurseurs de l'art moderne. Un «tissage-tableau» dû au génie artistique des femmes de la tribu des Béni Yacoub, dont les voiles de cérémonie figurent dans les musées internationaux et les collections privées les plus prestigieuses : «Ce genre de productions n’a été mis à jour que très récemment, et seules quelques rares pièces ont pu être préservées, alors que collectionneurs et musées internationaux sont toujours à la recherche de ces témoignages d’une culture de grand raffinement», confie Ali Tazi à Libé.

ABDELLAH CHEIKH
Mercredi 17 Juin 2009

Lu 375 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs