Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

A Midelt : Le bois de chauffage, un grand fardeau pour le consommateur




A Midelt : Le bois de chauffage, un grand fardeau pour le consommateur

En cette période hivernale, il fait froid un peu partout au Maroc mais à Midelt et sa région, ce froid est insupportable. Les températures varient entre -4 degrés la nuit et +5 le jour. Mais ce qui bouleverse les gens, ce n'est pas ce phénomène naturel, loin de là, c'est plutôt toutes ces sources de chauffage (bois, gaz de butane, électricité), dont les prix sont exagérés. Pour le bois de chauffage, cette matière de première nécessité qui vient bien avant la nourriture, est devenue rare dans les dépôts qui la commercialisent et si  par hasard des chargements arrivent, c'est la ruée. Ce qui est malheureux, c'est que les bûches ramenées sont couvertes de feuilles vertes. C'est une catastrophe !
Ce qui est également hors norme, c'est que le prix de la bûche augmente d'un mois à l'autre selon la demande ; en l'espace de peu de temps la tonne est passée de 700 à 850 puis 1000 Dh. Et ce qui est insupportable, c'est que les autorités concernées (service de fraude et contrôle des prix) observent un grand silence. Autrefois, on rapportait le bois économique qui se vendait à un prix très raisonnable; les établissements scolaires, les administrations et les nécessiteux s'en approvisionnaient et les foyers à revenu modeste y trouvaient leur compte.
Maintenant, c'est l'enfer pour tout le monde. Pour ce qui est du gaz domestique, on a déjà annoncé que Midelt est la seule ville du pays où on achète la grande bouteille de ce produit à + 4dh et la petite bonbonne à +0,50dh. Jusqu'à présent aucune réaction si ce n'est la consternation du consommateur.
La facture de la consommation en électricité, quant à elle, a connu une hausse vertigineuse au mois de décembre dernier, elle a doublé pour certains foyers. Au moment où on s'attend à une réduction des tarifs à l'image de ce qui se fait à Ifrane par exemple pour réduire la consommation en bois et diminuer l'exploitation abusive de la forêt, c'est l'augmentation qui vient surprendre le citoyen et remuer le couteau dans la plaie.
On ne sait plus quelle explication donner à ce phénomène. Imaginons un smigard qui touche 1500dh par mois, s'il achète une demi-tonne de bois à 500dh, trois bouteilles de gaz à 132dh  et s'il paye 150dh pour sa facture d'électricité, on constate qu'il est obligé de réserver la moitié de son revenu uniquement pour les sources d’énergie. Que lui reste-t-il pour le loyer et la nourriture?
Les Mideltis demandent l'intervention directe de leur gouverneur pour mettre fin à tous les dépassements des spéculteurs ;  ils réclament le bois économique aux nécessiteux et une révision des prix de gaz domestique et pourquoi pas un reclassement des fonctionnaires de cette région en zone C.


SIDI MOHAMED EL HASSANI
Mardi 13 Janvier 2009

Lu 792 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs