Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

A Lyon, Habib Choubani fait de l’encadrement pour le PJD grâce à l’argent public

Quand une association de MRE fait la communication d’un ministre




A Lyon, Habib Choubani fait de l’encadrement pour  le PJD grâce à l’argent public
C’est l’histoire d’une association de Marocains résidant à l’étranger qui joue aux attachés de presse du ministre en charge des Relations avec le Parlement et la Société civile. C’est aussi l’histoire d’un responsable gouvernemental islamiste qui a des liens très étroits avec cette ONG qui a vu le jour à Agadir en mai 2010  pour officiellement « servir de passerelle reliant les Marocains résidants à l’étranger à leur pays d’origine ».
Depuis mercredi, «Cap Sud MRE », l’ONG en question qui se présente volontiers comme « la première association de MRE installée au Maroc », inonde de communiqués les rédactions pour annoncer « le lancement de la consultation de la commission du dialogue national sur les prérogatives constitutionnelles de la société civile MRE ». L’événement aura lieu à Lyon, demain samedi 16 novembre sous la présidence du ministre PJD Habib Choubani.
L’opinion publique d’ici et d’ailleurs l’apprend grâce aux bons soins de « Cap Sud MRE », meilleur VRP du ministre en charge de la Société civile.  Communiqués officiels frappés des en-têtes du «Dialogue national sur les nouveaux rôles constitutionnels de la société civile » et les armoiries du ministère des Relations avec le Parlement et la Société civile, programme détaillé de la rencontre de Lyon qui sera présidée par M. Choubani et à laquelle participeront Ismail Alaoui, le président de la commission du Dialogue national,  Chafika El Habti, consule générale de Lyon, Danielle Chuzeville, la présidente du Conseil général du Rhône  et les universitaires  Abderrahim Maslouhi et Hassan El Arafi.
A Lyon, Habib Choubani a donc choisi de réunir les associations des Marocains résidant à l’étranger autour de la thématique fourre-tout et bien commode de «L’implication citoyenne  dans la construction du Maroc de demain ». L’aubaine est trop belle pour réunir les Marocains d’ailleurs, même si au passage ce gouvernement a un ministre chargé des MRE en plus des affaires de la migration.
« Pendant que sur le territoire national se déroulent les consultations de la commission du dialogue sur les prérogatives constitutionnelles de la société civile, la commission lance sa consultation en direction de la composante marocaine résidant à l’étranger(…), une série de 5 réunions publiques sera organisée à travers l’Europe dont la première se déroulera le 16 novembre 2013 à Lyon. Pour débuter sa consultation internationale, la commission organise une rencontre avec la société civile du sud de la France à laquelle seront aussi invités des représentants associatifs d’Espagne, d’Italie et d’Allemagne », indique le communiqué envoyé par l’ONG « Cap Sud MRE ».
Le Dialogue national sur la société civile, fût-il à l’ombre de la nouvelle Constitution, traverse les frontières et Habib Choubani n’a visiblement pas de gêne à empiéter sur les prérogatives et attributions d’un de ses pairs du gouvernement.
Mais au-delà des attributions allègrement dépassées par  ce responsable gouvernemental, il faut aussi et surtout relever l’étrange proximité de l’Association « Cap Sud MRE » avec le PJD, le parti islamiste qui conduit la majorité gouvernementale. En septembre 2011 l'Association «Cap Sud MRE» et le Parti de la justice et du développement (PJD) signaient, à Rabat, une convention d'entente visant à défendre les intérêts des Marocains résidant à l'étranger (MRE). En vertu de cet accord, le PJD s'engageait «  à prendre en compte les propositions revendicatives des MRE lors de la préparation de son programme électoral ».
Quant à cette association, ses responsables promettaient solennellement et main sur le cœur d’apporter « leur soutien aux initiatives entreprises par le PJD pour défendre les droits des MRE ». C’est aujourd’hui chose faite.  
A Lyon, ce samedi 16 novembre  sera-t-il seulement, uniquement, exclusivement question des prérogatives constitutionnelles de la société civile et de l’implication des associations de la diaspora marocaine dans la construction démocratique ? Habib Choubani pourra-t-il résister à la tentation très forte de ne pas revêtir sa casquette de membre influent du PJD ? Pas sûr d’autant que c’est une association proche du PJD, «Cap Sud MRE » qui communique  autour du « lancement de la consultation de la société civile MRE ».
Quant à la bonne gouvernance, elle n’est plus qu’un slogan de campagne. C’est bien grâce aux deniers de l’Etat que le ministre islamiste Choubani va faire de l’encadrement, à Lyon, pour le compte de sa famille politique. Crocodiles et démons n’ont qu’à bien se tenir.

Narjis Rerhaye
Vendredi 15 Novembre 2013

Lu 1089 fois


1.Posté par M''''hamed EL Yagoubi le 15/11/2013 23:09
En tant que résident de longue date en France, je n'ai jamais entendu ce machin qui s'appelle Cap sur MRE. Je n'ai jamais entendu et constaté des actions visibles et audibles des associations prétendant "représenter" les Marocains à l'étranger. Je ne pourrai pas porter un jugement sur quelques structures en dehors de la France, mais je ne pourrai pas laisser cette occasion passer sans remettre le temps dans son cours de ce que veut dire "représenter les Marocains à l'étranger". Mes expériences dans certaines associations m'ont bien appris in vivo une chose très importante : Ces réseaux d'associations non crédibles n'ont pas le droit de parler au nom des Marocains à l'étranger parce que :
1) Elles ne sont pas démocratiques. La pratique de la démocratie est loin d'être inscrite dans le fonctionnement des membres et des responsables.
2) Elles sont corrompues. Ce qui prime dans leurs objectifs non déclarés relève des logiques computationnelles à visée individuelles.
3) Elles sont déconnectées aux réalités complexes que vivent les Marocains en difficultés : Logement, emploi, éducation, discrimination, harcèlement, conflits conjugaux, etc.
Elles sont désarticulées aux réseaux associatifs nationaux.Rares sont des associations qui coordonnent leur démarche et leur action.
Elles sont absentes, voire inexistantes sur le plan médiatique et politique. Seulement quelques-unes comme Atmf.
4) Les dirigeants désignés (non élus démocratiquement) sont incompétents et ne savent pas comment agir dans le bon sens.
5) S'il y a un domaine dans lequel ces dirigeants savent exceller dans leur action c'est celui de la constitution des dossiers des subventions. Ils sont performants dans la fabrication des bilans fictifs et des rapports d'activité dans le non sens.
6) Le non respect du règlement intérieur avec des pouvoirs débordants attribués au président dont la posture est celle d'un dictateur.
7) Toutes les réunions quand elles se font, elles sont rares, finissent par des accrochages et des conflits parfois violents.
8) Le conflit d’intérêt est visible : Détournement de l'objet et de l’objectif de l'association de son fondement initial.
9) Mépris et désintéressement quotidiens aux problèmes réels des Marocains. Ils ne les connaissent pas et quand ils les connaissent, ils ne savent pas comment faire.
10) Ces associations n'ont rien appris de ce que veut dire la loi du 1er juillet 1901 et non plus des associations du pays (France) : Démocratie, compétence, respect, accompagnement, valorisation, indépendance, souplesse et intelligence.
Pour ces raisons citées et qui relèvent de mon vécu, de mes expériences et de mes réflexions sur mes expériences, ma méfiance est de grande taille vis-à-vis de ces associations. C'est de l'eau trouble.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs