Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

A Lahraouiyine, des locaux commerciaux sans eau courante ni électricité


La commune reproche aux
bénéficiaires d’être mal organisés



A Lahraouiyine, des locaux commerciaux sans eau courante ni électricité
Grogne des commerçants des Carrières centrales. Et pour cause : ils attendent depuis une année que les autorités compétentes décident d’équiper leurs locaux commerciaux dont ils ont bénéficié à Lahraouiyine en eau potable et électricité.
En effet, c’est dans le cadre de l’opération de résorption du bidonville Carrières centrales qui s’inscrit dans le  programme national de lutte contre toute forme d’habitat insalubre que ces propriétaires en ont bénéficié.
Contents de pouvoir disposer  de nouveaux locaux pour exercer leur activité et partant subvenir aux besoins de leurs familles et assurer leur avenir, la surprise des quelque 300 bénéficiaires de cette opération a été si grande quand ils ont découvert que lesdits locaux manquent de tout : ni électricité ni eau. C’est ce que nous ont indiqué, non sans amertume, certains commerçants qui nous ont rendu visite dernièrement. Pire, la distribution de ces locaux commerciaux qui s’est faite au tirage au sort a donné lieu à un résultat auquel personne ne s’attendait : un marchand de légumes qui avoisine un réparateur de motocyclettes, ou un marchand de volaille  qui côtoie un poissonnier, etc. Autre reproche  faite à cette opération qui s’est déroulée en toute transparence, c’est qu’elle n’a pas tenu compte de la nature des commerces ni de leur homogénéité.  Un fait qui a mécontenté plus d’un.
Ils ont l’impression d’avoir été victimes des autorités qui leur avaient demandé de démolir leurs locaux de commerce avant que les travaux des nouveaux censés les abriter dans des conditions plus confortables ne soient achevés. En vue de parvenir à une solution à leur problème, le holding Al Omrane leur a demandé de se constituer en Association à même d’être leur interlocuteur et assurer le contact et le dialogue avec  les autorités. Chose faite illico, car ils en ont assez des atermoiements des autorités à respecter leurs engagements pris à la veille de la destruction de leurs locaux de Hay Mohammadi.
Il est impensable qu’un quartier nouvellement construit et dont le nombre d’habitants dépasse 40.000 ne  dispose  pas d’un marché, affirment certains desdits commerçants. 
Nous  réclamons l’intervention des autorités pour faire valoir notre droit, un droit qui risque d’être compromis par ceux-là mêmes qui nous ont promis, voilà presque 2 ans, de nous faire bénéficier de ces locaux  en bonne et due forme, nous ont-ils souligné.

Zakaria Azghare (Stagiaire)
Vendredi 18 Janvier 2013

Lu 277 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs