Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

A Hong Kong, les vétérans abandonnés de l’armée britannique demandent des comptes

“Nous voulons obtenir ce qui nous est dû”




A Hong Kong, les vétérans abandonnés de l’armée britannique demandent des comptes
“Abandonnés” par Londres lors de la rétrocession de Hong Kong en 1997, les vétérans de l’armée britannique réclament le droit de vivre en Grande-Bretagne, inquiets de l’influence croissante de la Chine dans l’ancienne colonie.
Soutenus par des députés de Westminster, trois vétérans mènent campagne au nom de centaines d’anciens militaires de la Couronne désireux d’obtenir un passeport. Une pétition qui a recueilli plusieurs centaines de signatures a été remise au 10, Downing Street.
“C’est un droit légitime”, tempête l’un d’eux, Harry Wong, 50 ans, ancien officier de la Police militaire royale (RMP) dont la section a été dissoute en 1996 comme le reste des unités armées britanniques de Hong Kong, soit un an avant l’arrivée de l’Armée populaire de libération sur ce “rocher” conquis par les Anglais en 1841. “Nous voulons obtenir ce qui nous est dû”, explique-t-il à l’AFP.
Cinq cents membres locaux des forces armées, sélectionnés selon un système de points, ont reçu un passeport dans les années 1990. Les autres, le plus souvent issus du rang, se sont contentés de regarder partir les bateaux.
“Ils nous ont laissé tomber”, déplore Alain Lau, un ancien maître-chien de 52 ans, porte-parole de la “Campagne pour les soldats sino-britanniques abandonnés”.
Près de 18 ans après la rétrocession, nombreux sont ceux à Hong Kong qui craignent l’emprise grandissante de Pékin sur les affaires intérieures de ce territoire chinois, qui en vertu d’accords passés avec Londres bénéficie d’une large autonomie et d’une liberté d’expression inconnue en Chine populaire.
L’an dernier, les étudiants avaient paralysé une partie de la ville deux mois durant, dans l’espoir d’imposer un véritable suffrage universel pour la prochaine élection du chef de l’exécutif local. Mais en vain.
Aujourd’hui, les anciens membres hongkongais de l’armée britannique expliquent vouloir offrir des garanties aux jeunes générations face à ce qu’ils considèrent comme une menace. “Un jour, Hong Kong ne sera peut-être pas le meilleur endroit pour elles. La situation politique est assez chaotique en ce moment”, argue Wong, père d’une fille de cinq ans. Le député britannique Andrew Rosindell a apporté sa caution au combat des vétérans et s’est fait leur porte-parole à la Chambre des Communes en mars, estimant qu’il était “juste” d’accorder la nationalité à ceux qui ont porté les armes pour le pays. 
“Ils n’ont pas décidé, ces hommes loyaux, de passer en République populaire de Chine en juin 1997: pas de référendum d’autodétermination pour eux”, contrairement à certaines colonies de l’Empire qui ont eu le privilège de choisir leur histoire, a-t-il plaidé.
Le ministre de l’Immigration, James Brokenshire, a exclu tout compromis sur le sujet, invoquant une pratique “ancienne” valant pour tous les anciens territoires de sa Majesté ayant recouvré leur souveraineté.
Avant la rétrocession, Londres avait donné la nationalité à 50.000 personnes triées sur le volet, essentiellement des cols blancs et cadres de l’administration coloniale, dont 7.000 membres des différents services de sécurité, policiers et pompiers inclus.

Mercredi 13 Mai 2015

Lu 259 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs