Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

A Cuba, John Kerry a rendez-vous avec l'Histoire




John Kerry a rendez-vous avec l'Histoire à Cuba, il sera aujourd’hui le premier chef de la diplomatie américaine depuis 1945 à se rendre à La Havane pour consacrer le rétablissement des relations diplomatiques entre les deux ex-ennemis de la Guerre froide.
Cette visite de quelques heures, aussi historique que symbolique, doit aussi permettre d'aborder les sujets qui fâchent entre deux voisins qui ne se sont officiellement pas parlés pendant plus d'un demi-siècle : protection des droits de l'Homme et des dissidents politiques -- John Kerry a annoncé qu'il en rencontrerait certains -- ainsi que levée de l'embargo économique que Washington impose à l'île communiste et restitution de la base navale américaine de Guantanamo.
Le secrétaire d'Etat doit passer toute la journée de vendredi à La Havane pour rouvrir officiellement l'ambassade des Etats-Unis et hisser le drapeau au fronton de la chancellerie. La cérémonie doit réunir des responsables gouvernementaux des deux pays et des élus du Congrès américain.
Ainsi, le fameux et imposant bloc de béton et de verre du boulevard de front de mer Malecon à La Havane redeviendra l'ambassade des Etats-Unis.
La cérémonie s'inscrit dans "un processus de normalisation", a commenté un porte-parole du département d'Etat, Mark Toner, pour qui la journée exceptionnelle de "vendredi marque évidemment une nouvelle étape de ce processus, après 54 ans de hiatus".
En fait, Washington et La Havane ont rétabli leurs relations diplomatiques et rouvert leurs ambassades le 20 juillet, après 54 ans d'interruption, selon les termes d'un rapprochement historique annoncé le 17 décembre par les présidents Barack Obama et Raul Castro.
Les deux gouvernements, adversaires de la Guerre froide, avaient rompu les liens en 1961, dans la foulée de la révolution castriste mais ils entretenaient depuis 1977 des sections d'intérêts qui faisaient office d'ambassades.
Une fois le dégel amorcé il y a six mois, les présidents Obama et Castro s'étaient rencontrés en avril lors du Sommet des Amériques au Panama et le chef de la diplomatie cubaine Bruno Rodriguez était à Washington le 20 juillet pour rouvrir sa chancellerie.
Cuba a aussi été retirée d'une liste noire américaine d'"Etat soutenant le terrorisme".
Mais des deux côtés du détroit de Floride, des opposants à la détente -- comme le sénateur républicain Marco Rubio -- accusent l'administration démocrate d'avoir mis sous l'éteignoir ses exigences en matière de droits de l'Homme et de libertés publiques.
Par ailleurs, Cuba exige aussi la levée de l'embargo économique imposé en 1962 par le président John F. Kennedy et renforcé par la loi Helms-Burton de 1996. L'administration Obama est également pour mais cela dépend du Congrès, aux mains des républicains, dont beaucoup sont vent debout contre la mesure, qui serait une récompense aux frères Castro.

Vendredi 14 Août 2015

Lu 330 fois


1.Posté par benzekri le 15/08/2015 13:28
Bizarre, Cuba était hier une "dictature" infréquentable qui se contentait de nourrir, de soigner, d'offrir sport, art et culture à son peuple malgré un embargo "éducatif" décidé et imposé aux autres nations amies par la plus grande "démocratie du monde" les États-Unis contre le peuple cubain. États-Unis, cette "grande" nation qui ne compte que 60 millions de pauvres nourris grâce à la soupe populaire, et où les citoyens bénéficient de soins et loisirs dès qu'ils ont les moyens et sont surprotégés dès qu'ils ont la chance de ne pas être métisses ou noirs... Aujourd'hui la plus "grande démocratie" du monde a décidé de rendre cette toujours "dictature" fréquentable et la France a "choisi" de suivre... Le peuple cubain et ses dirigeants ne sont pas dupes des arrières pensées des gringos... mais moi à présent : Que dois-je dire, à bas les "démocraties" et vive les "dictatures" ou l'inverse ? Ce qui est incontestable c'est que les médias dans les "démocraties" sont totalement libres de dire et de se dédire à leur guise, car côté dignité nos "informateurs ne sont pas à ce détail près...A suivre

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs