Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

A Clermont-Ferrand, le court en dit long !




A Clermont-Ferrand, le court en dit long !
Des flocons de neige ont fait leur apparition ce premier week-end de la 32ème édition du Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand. Cela nous change un peu de la flotte de Tanger. Le climat change mais l’ambiance est aussi chaleureuse. La première journée qui a fait suite à la double cérémonie d’ouverture (à Clermont il y a deux cérémonies d’ouverture : l’une à 20H l’autre à 22H!) du vendredi, confirme la tendance constatée ces dernières années : l’engouement du public. En sortant de la séance de la compétition internationale où était programmé le court «Passion courte» de la jeune cinéaste Mahacine Hachadi de  l’école de Marrakech, c’est un long travelling sur une longue file qui se présente au regard. Un public de tous les âges et de toutes les conditions…La salle déjà était archicomble. Ce n’est pas un hasard d’ailleurs si à la cérémonie d’ouverture le président de l’Association « Sauve qui peut le court » annonce qu’un collectif de festivals basé à Madrid a élu le Festival du court métrage de Clermont-Ferrand comme le meilleur festival du monde ! Une programmation riche et variée, un ancrage culturel bien net et un prolongement multiforme dans la ville.
La bonne santé du festival reflète la bonne santé du court métrage à travers le monde. A un moment où l’on parle partout des effets de la crise notamment sur le cinéma avec déjà des répercussions sur la production du long métrage, le court métrage s’en sort plutôt bien. D’abord en termes de chiffres. En phase de présélection, les organisateurs ont reçu 1403 courts contre 1340 films l’année dernière. Une progression constatée pour la participation internationale également, puisque ce sont 6524 titres qui se sont inscrits contre 6124 l’année dernière. Un document physique reflète cette dynamique du court métrage, c’est le gros catalogue édité chaque année par le marché du film de Clermont-Ferrand.
Rappelons que le festival compte plusieurs sections dont la Compétition nationale française, la Compétition internationale (avec cette année comme membre du jury la cinéaste marocaine Laila Marrakech), la section Labo ouverte sur le cinéma expérimental…et le pays invité. Cette année, le plus grand festival du court-métrage du monde a choisi de célébrer le court métrage marocain en faisant de notre pays son invité d’honneur. Un magnifique programme a été établi dans ce sens où nous retrouvons des titres prestigieux de la filmographie marocaine. « Le pays invité cette année, est le Maroc. Depuis quelques années on remarque une montée de ce cinéma dans le domaine du court », déclare Georges Bollon, délégué général du festival dans une interview à L’Humanité. Une forte délégation marocaine est attendue dans ce sens à Clermont-Ferrand pour prendre part aux multiples activités composant ce programme dont une table ronde, des rencontres avec le public et un stand au marché du court, une première dans la jeune histoire du cinéma marocain.

Clermont – Ferrand – Mohammed Bakrim
Mardi 2 Février 2010

Lu 484 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs