Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

A Chicago, les irréductibles du flipper résistent à l'empire du jeu vidéo




A Chicago, les irréductibles du flipper résistent à l'empire du jeu vidéo
Nous sommes en l'an 2011 après Jésus Christ. Le monde du jeu est occupé par les consoles, smartphones et autres tablettes. Entièrement? Non! A Chicago, une poignée de fans irréductibles du flipper résistent encore et toujours à l'envahisseur.
La société Stern Pinball se trouve à Melrose Park, dans la banlieue de Chicago. C'est ici qu'on assemble les derniers flippers ou machines à boule en québécois, dans la toute dernière entreprise dans le monde à les fabriquer.
Le flipper se transmet ici de père en fils et le patron, Gary Stern, 58 ans, est de cette génération de joueurs qui raclaient leurs fonds de poche pour dénicher une pièce et jouer une partie.
Il se souvient encore de l'arrivée des premiers jeux d'arcade, Pac-Man en tête, qui ont fait de l'ombre aux flippers, sans parvenir à les chasser des salles de jeu.
Le coup de grâce, ou presque, est venu plus tard, avec les consoles de salon, les ordinateurs, puis l'arrivée des jeux vidéo sur des supports mobiles comme les téléphones portables et les tablettes.
Un à un, les fabricants de flippers ont baissé le rideau et les ventes sont passées de 100.000 machines par an dans les années 1990, à 6.000 actuellement.
Le secteur connaît peut-être la crise, mais pas Stern Pinball, qui réalise 30 millions de dollars de chiffre d'affaires par an.
"Nous faisons de bons jeux", dit Gary Stern, assurant ne pas craindre la concurrence des jeux vidéo. "Au flipper, la balle est sauvage. On peut jouer au flipper sur ordinateur, enfin, à des simulations, mais ce n'est pas vrai: le mouvement de la balle, c'est du programmé".
Les jeux ne sont rien sans les joueurs. Joshua Henderson, allias "Pinball Wizard" ("Magicien du flipper") fait partie de la relève. A 14 ans, ce virtuose de la petite balle a décroché la 5e place du championnat du monde organisé le mois dernier en Pennsylvanie par la "PAPA", une organisation de joueurs.
Avec les 10.000 dollars de gains empochés, il a pu s'acheter un flipper "Spider-Man", et il a mis de l'argent de côté pour ses études.
Comme beaucoup de garçons de son âge, Joshua aime les jeux vidéo.
Mais le flipper a en plus un côté charnel.
"Un des trucs les plus cools, c'est qu'on peut utiliser sa propre force physique pour contrôler la balle. On est le maître à bord", explique-t-il.
"Il y a aussi un peu plus de stratégie que dans les jeux vidéo. C'est moins linéaire, chaque balle est différente".
Les joueurs du dimanche sont peut-être moins nombreux qu'il y a vingt ans, mais les rangs des amateurs éclairés ne cessent de grossir. Leur marotte: faire du flipper un sport de compétition.
"Cela n'a jamais été aussi important que maintenant", assure Josh Sharpe, président de l'International Flipper Pinball Association, qui compte 10.000 joueurs classés.
A ce niveau, rien n'est laissé au hasard. "Ceux qui ne savent pas jouer ont peur de perdre la balle", remarque M. Sharpe, tandis que les joueurs "pros" développent des stratégies à mi-chemin entre le golf et les échecs: "Quand je joue au flipper, j'analyse le plateau de jeu pour identifier les zones où je veux aller".
D'aucuns prédisent la renaissance du flipper. Mais la complexité de ces machines a de quoi dissuader les industriels. Chez Stern Pinball par exemple, il faut une trentaine d'heures pour assembler les 3.500 pièces nécessaires à une machine. Concevoir un nouveau modèle coûte 750.000 dollars.
Pour rester dans le vent, l'entreprise s'appuie sur les succès du box-office et propose à son catalogue des flippers "Tron: l'héritage" ou "Avatar".
"Le flipper, c'est comme le cinéma, disait mon père", raconte M. Stern: "Il faut une histoire, de l'action, un point culminant, des images léchées, de la bonne musique, une bonne promotion, un casting réussi. C'est la même chose".

AFP
Vendredi 16 Septembre 2011

Lu 340 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs