Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

8 morts dans un attentat-suicide au Nigeria




Huit personnes ont été tuées et sept blessées dimanche dans un attentat-suicide perpétré par une femme à Maiduguri, grande ville du nord-est du Nigeria, selon un responsable de l'Agence de gestion des situations d'urgence (Nema) et l'armée.
 La kamikaze, âgée d'une vingtaine d'année et "déguisée en réfugiée", "s'est glissée" parmi un groupe de réfugiés arrivant dans la ville, "surtout des femmes et des enfants". Alors qu'ils étaient "arrêtés à un poste de contrôle" en banlieue de Maiduguri, la kamikaze "a déclenché ses explosifs", a déclaré à l'AFP le coordinateur local de la Nema, Mohammed Kanar.
 "Huit personnes ont été tuées et sept blessées", a-t-il indiqué, un bilan confirmé par un porte-parole de l'armée nigériane, le colonel Sani Usman.
 L'attentat n'a pas été revendiqué dans l'immédiat, mais porte la marque du groupe islamiste Boko Haram, qui recourt fréquemment à des kamikazes, notamment des femmes et parfois des enfants.
 Maiduguri, qui compte environ 2,6 millions d’habitants, dont 1,6 million de réfugiés selon l'ONU, avait été frappée sept fois par des attentats en octobre, et 54 personnes avaient péri au total.
 Le dernier attentat s'était produit le 23 octobre, lorsqu'un kamikaze s'était fait exploser dans une mosquée pendant la prière, tuant six fidèles.
 Boko Haram est apparu dans cette ville en 2002, avant de déclencher en 2009 une insurrection qui a fait plus de 17.000 morts et 2,6 millions de déplacés.
 Les insurgés islamistes, mis sous pression par l'armée nigériane sur le plan militaire depuis plusieurs mois, ont multiplié en riposte les attaques contre les civils dans les zones urbaines.
 Le 18 novembre, quinze personnes ont été tuées et plus de 50 blessées dans un double attentat à la bombe sur un marché de Kano, la métropole du nord du Nigeria, perpétré par deux jeunes filles kamikazes, dont l'une âgée d'une dizaine d'années.
 Et le 17 novembre, l'explosion d'une bombe à Yola, une autre ville importante du nord-est, a tué au moins 30 personnes. Cet attentat a été commis quelques jours après la visite du président nigérian Muhammadu Buhari qui avait assuré que Boko Haram était sur le point d'être vaincu.
Le tout dernier attentat attribué à Boko Haram a eu lieu samedi à Fotokol, au Cameroun, près de la frontière nigériane. Quatre femmes kamikazes ont tué cinq personnes, dont un chef traditionnel.
Fotokol est régulièrement visée par des attaques du groupe Etat islamique en Afrique de l’Ouest.
La ville paye au prix fort sa proximité avec un bastion terroriste : Gambaru, située à quelques centaines de mètres, de l'autre côté de la frontière au Nigeria. Il y a quelques années encore, Fotokol était perçue comme une des bases de repli de Boko Haram à la suite des assauts de l'armée nigériane. Les islamistes ont commencé à y multiplier des incursions armées.
 

Mardi 24 Novembre 2015

Lu 397 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs