Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

7ème Festival de cinéma universitaire d’Errachidia : Quand Bastaoui dit basta au gouverneur




7ème Festival de cinéma universitaire d’Errachidia :  Quand Bastaoui dit basta au gouverneur
Il fallait bien que quelqu’un le lui rappelle. Un gouverneur est censé soutenir les activités culturelles, car le volet culturel fait partie de cette chose publique dont il est responsable. Le comédien Mohamed Bestaoui, présent à la 7ème édition du Festival de cinéma universitaire, lui a mis la puce à l’oreille. Le gouverneur de la province d’Errachidia devrait bien piger la leçon. Pour une fois. Un ratage serait fatal. L’homme devrait au moins laisser une petite trace dans un long parcours « sans odeur ».  
 Le comédien marocain qui a déploré l’absence ou le boycott du gouverneur, n’a pas raté l’occasion pour  tirer à boulets rouges sur le premier responsable de la province, qui selon lui, manifeste « toujours une position très négative pour tout ce qui est artistique ou culturel … une négligence et une indifférence indignes du représentant de l’Etat ».
 Organisé à l’initiative de l’Association Alqabas pour la culture et la Faculté polydisciplinaire d’Errachidia, la 7ème édition qui a pris fin dimanche, a connu la participation d’un panel d’artistes et de critiques venus des différentes régions du royaume, tels Mohamed Sijilmassi, Rachid Fakkak, Mohamed Bastaoui, Hamid Tbatou, Mohamed Chouika, Moulay Driss Jaidi. Rachid Fakkak qui a animé un atelier dédié aux étudiants et aux jeunes cinéphiles de la ville, a mis en exergue les grandes potentialités humaines de cette province qui nécessite davantage d’efforts de la part des responsables.
Quatre jours durant, le Festival qui a rendu un hommage posthume au critique Mohamed Soukri et exploré l’expérience  du réalisateur Saâd Chraibi a été une occasion pour la projection de plusieurs longs et courts-métrages, notamment de la filmographie de Chraibi, ainsi que les films qui s’inscrivent dans le cadre du concours portant sur les documentaires. Les journées du Festival seront aussi jalonnées d’ateliers animés par des experts en cinéma, tels Ameur Charqui, Rachid Fakkak et Mohamed Chouika. L’occasion sera également saisie pour la dédicace de l’ouvrage réalisé par l’Association Alqabas sur le défunt Mohamed Al Bouânani.

Aziz Lâafou
Lundi 19 Mars 2012

Lu 520 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs