Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

6ème édition des Andalousies atlantiques à Essaouira : Un héritage commun revisité




6ème édition des Andalousies atlantiques à Essaouira : Un héritage commun revisité
C’est jeudi 29 octobre 2009, en présence de Bensalem Himmich, Khalid Naciri et  André Azoulay, respectivement ministres de la Culture et de la Communication et conseiller de SM le Roi et président fondateur de l'Association Essaouira Mogador que s ‘est ouverte la 6ème édition du Festival des Andalousies atlantiques. Trois jours de musique, de débats et de partage  qui, du 29 au 31 octobre 2009, dresseront des ponts pour le dialogue  et le partage entre les cultures et les civilisations.
Une musique andalouse toujours si fraîche, ensorcelante et nostalgique, va mettre en avant un héritage culturel qui continue à fédérer plusieurs peuples et nations autour de la réconciliation avec une histoire et un devenir communs.
Le chapiteau El Menzah  a été encore une fois au rendez-vous de ce carrefour musical et culturel qui fera débat le temps d'un week-end pour permettre une réflexion sur les questions de l'identité dans toute son universalité et  du pluralisme porteur de valeurs de paix, d'échange, de cohabitation et de partage.
Pour André Azoualy, « l'inédit est en effet ici souvent la règle, à nos risques et périls, mais avec la conviction solidement chevillée au corps que jamais la musique n'est aussi belle que quand elle est invitée au grand banquet de la pensée et quand cette pensée sait nous dire avec talent et émotion, les richesses et la profondeur du Maroc pluriel, du Maghreb retrouvé et vibrant à l'unisson autour de partitions dont les notes ne se sont arrêtées à aucune frontière ».
L'entame du Festival a été à nouveau marquée par une magnifique prestation de Haim Louk qui, accompagné par l'orchestre Ziryab dirigé par Ahmed Fakir,  a gratifié le public d'un répertoire andalou admirablement interprété en arabe et en hébreu.
Après le Matrouz il y avait bien évidemment du flamenco, la suite de la soirée ne pouvait être que vibrante de sensations avec une belle  prestation du talentueux Manuel Gutierrez qui, en danseur et chorégraphe doué, a pu tenir en haleine un public dont la plupart des festivaliers découvrent pour la première fois les pas, le gestuel et le regard confiant. Cet artiste vit un moment d'expression corporelle intense ; un homme qui danse sur  des partitions  musicales qu'il a réussi à transcrire en fortes sensations sur une scène parfaitement dominée par son gestuel.
Formé auprès de grands danseurs tels José Galvan et Rafael de Carmen, Gutierrez a pu se confirmer au cours de sa carrière artistique, comme lf Flamenco.
Cette édition qui associera musique, art pictural et débats, a rassemblé de grands noms ayant marqué le patrimoine musical andalou dans sa diversité linguistique et culturelle, en l'occurrence la grande Hayat Boukhriss à la voix puissante et sensuelle, Raymonde El Bidaouia et Fouad Didi et les virtuoses du flamenco Ana la China et Shankar Mishra.
Qui dit valorisation du patrimoine musical et culturel, dit bien sûr des moments de reconnaissance envers des femmes et hommes qui ont réussi à bâtir, protéger et transmettre cet héritage musical singulier. Après le fervent hommage rendu l'année dernière à Sami El Maghribi, cette édition réserve un hommage appuyé à deux grands noms féminins qui ont marqué l'histoire de la musique andalouse au Maroc, à savoir Zohra El Fassia qui fut l'une des figures emblématiques et pionnières du Malhoun, et Hajja Ghita El Oufir qui fut la première pianiste marocaine membre de l'orchestre national de musique andalouse de la télévision marocaine, dirigé par Ahmed Loukili.
Dar Souiri ouvrira ses portes lors du Festival au débat. La thématique « Identité et transmission » sera au cœur de colloques matinaux avec la participation de plusieurs intervenants marocains et étrangers.
Une manifestation inédite : l'exposition, itinérante "Mémoires marocaines en Grande-Bretagne" fera escale à Essaouira en marge des Andalousies atlantiques pour faire étalage d'une histoire orale et visuelle témoignant de la présence de la communauté marocaine au Royaume Uni depuis le 19ème siècle. 


Abdelali khallad
Samedi 31 Octobre 2009

Lu 648 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs