Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

58 entités ont vu le jour en mai dernier : Création de nouvelles coopératives




Véritable levier du développement économique et social, les coopératives se multiplient dans les provinces du Sud. Leur création s’appuie souvent sur les subventions et le soutien de l’INDH ou d’organismes comme l’Agence du Sud, l’Entraide nationale ou l’Agence pour le développement social. L’ouverture de ces coopératives sur de nouveaux marchés fait que leurs activités, en plus de profits substantiels, génèrent un nombre important  de postes d’emploi.
Selon l’Office du développement de la coopération (ODCO), 58 nouvelles coopératives ont été créées en mai dernier dans les trois régions du Sud : 26 au niveau de la région de Guelmim-Smara, 18  à Oued Eddahab-Lagouira, et 14 dans  la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra. Ces coopératives qui  se répartissent entre les secteurs de l’agriculture, la pêche maritime, et l’artisanat, devront jouer un rôle essentiel, particulièrement en milieu rural, dans la lutte contre la pauvreté et le renforcement de l’intégration de la femme.
Pour les accompagner, l’Office a redoublé d’efforts au niveau de ces trois régions à travers des actions qui ont porté, essentiellement sur la sensibilisation au travail coopératif à travers la formation et la diffusion de la culture coopérative via des magazines spécialisés et des rencontres d’information et de communication. Il veille à l’émergence d’une nouvelle génération de coopératives performantes et innovantes, en les aidant à surmonter certaines contraintes et en leur garantissant un niveau d’entrepreneuriat. Les coopératives œuvrant à l’échelle des provinces du Sud se distinguent par une grande dynamique, puisqu’elles offrent notamment la possibilité aux jeunes diplômés de créer leurs propres entreprises et de s’intégrer dans la vie active, et assurent aux femmes des activités génératrices de revenus supplémentaires.
Ces entités  rencontrent, toutefois, plusieurs obstacles dont le manque d’expertise et de compétence à élaborer  des projets, le déséquilibre de la gestion financière, l’insuffisance des produits, la difficulté d’accès au financement et l’absence de réglementation régissant ce secteur d’activité. Rappelons que la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra est dotée depuis 2010 d’un contrat-programme de promotion de l’économie sociale et solidaire des petites et très petites entreprises. Ce programme s’étend sur cinq  ans et est financé par le Fonds d’économie sociale à hauteur de 105,5 millions de dirhams.

A.E.K.
Mercredi 27 Juin 2012

Lu 471 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs