Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

5% et des miettes




5% et des miettes
La grosse nouvelle ! On croit savoir, ou plutôt à en croire Benkirane, l’actuel gouvernement aurait daigné s’intéresser au sort des classes plus que défavorisées ou du moins  celles d’entre elles qui ont « l’inestimable chance » d’être payées  au SMIG.
Il était trop évident que pour son 1er  Mai, le chef du gouvernement n’avait rien à dire, et  encore moins quelque chose de consistant à annoncer, qu’il a usé de tout son stock de promesses en l’air et sans lendemain.
 Mais comme il fallait bien qu’il trouve quelque chose, il a sorti cette histoire  d’augmentation. Une vieille histoire au fait qui remonte à l’année dernière quand les syndicats ont dû batailler dur pour lui arracher quelques grives, faute de merles. Pas plus de 10% et échelonnées s’il vous plaît. Ladite grosse nouvelle annoncée en grande pompe par le Benky, c’est en tout et pour tout les 5% restants.  Et même pour cela, il va falloir attendre la mi-juillet.
Tout est dit ! Nos braves smicards peuvent maintenant entrevoir la vie en rose. Mais si ça peut les consoler : avec toutes  ces augmentations  effrénées des prix, celles effectives et les autres à venir, ils ne sont plus les seuls à être dans la mouise. 
Au point où l’on  en est,  on ferait mieux de se faire prendre en photos avec les derniers spécimens de ce qui reste comme classe moyenne, la décompensation, à la Benkirane étant passée par là.
Et comme il lui fallait prononcer un discours lors de ce 1er  Mai où il était bien seul avec son syndicat de service, et comme il n’y avait rien à se mettre sous la dent, c’est sur ces malheureux petits 5% qu’il s’est étalé, qu’il a choisi de disserter.
 Le bon, c’est lui, le méchant, c’est le patronat. Il a dit et redit qu’il a dû user de tout son génie, de toute sa force de persuasion pour que les patrons du secteur privé accèdent à sa mémorable et inégalée requête d’augmentation.
 Les gueux dans l’histoire? Ce sont ces smicards qui doivent  se réjouir d’avoir eu droit à même pas des miettes.

Par Mohamed Benarbia
Mercredi 6 Mai 2015

Lu 390 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs