Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

480.000 cas de tuberculose multirésistante recensés dans le monde en 2014

La bataille contre la maladie n’est pas encore gagnée au Maroc




La lutte contre la tuberculose doit continuer a exhorté l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose 2016, célébrée le 24 mars.
L’agence onusienne a appelé les pays et les partenaires à s’unir pour mettre fin à cette maladie, estimant que seule «une collaboration resserrée entre instances gouvernementales et en leur sein, et avec les partenaires de la société civile, les communautés, les chercheurs, le secteur privé et les organismes d’aide au développement permettra de venir à bout de la tuberculose».
Pour bien apprécier la situation, l’OMS a rappelé que «chaque jour, plus de 4000 personnes meurent de cette maladie infectieuse majeure. Les communautés les plus touchées par la tuberculose sont les communautés pauvres, vulnérables et marginalisées».
Par ailleurs, l’organisation a indiqué sur son site Internet que la tuberculose est, avec le VIH/sida, l’une des maladies infectieuses les plus meurtrières au monde et qu’elle est une des principales causes de décès chez les sujets VIH-positifs.
En 2014, un décès sur trois lié au VIH était dû à la tuberculose, a précisé l’agence, estimant qu’un million d'enfants ont contracté la tuberculose et 140.000 en sont morts la même année.
Notons aussi que le combat contre cette maladie est loin d’être gagné au Maroc où la situation reste préoccupante à bien des égards.
Malgré des tendances positives, observées par le ministère de la Santé, «la lutte contre la tuberculose reste en deçà des aspirations, tant les déterminants de la maladie sont multiples et se rapportent essentiellement aux conditions socio-économiques défavorables», peut-on lire sur son site.
Rappelons à ce propos que le département d’El Houssaine Louardi, qui a lancé en mars dernier une campagne nationale de dépistage de la tuberculose, avait indiqué avoir enregistré quelque 27.745 nouveaux cas de tuberculose en 2014. Ce qui n’est pas rien.
L’objectif de cette opération, organisée en partenariat avec les départements gouvernementaux concernés et la société civile et avec l’appui du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, était «de renforcer le dépistage de la tuberculose chez les groupes de populations à haut risque, au niveau des provinces et des préfectures les plus touchées de six (06) régions : Fès-Boulemane, Grand Casablanca, Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, Gharb-Chrarda-Béni Hssen, Tanger-Tétouan et Souss-Massa-Draa», avait expliqué le ministère.
D’après une note de celui-ci, jusqu’à cette date, «l’infrastructure spécialement dédiée à la lutte antituberculeuse est constituée de 62 Centres de diagnostic et de traitement de la tuberculose et des maladies respiratoires (CDTMR) répartis sur l’ensemble des provinces, 72 Centres de santé intégrés et 2 services de traitement spécialisé de la tuberculose multi résistante au niveau des CHU de Rabat et de Casablanca».
Au niveau mondial, l’OMS a indiqué que plus de 95% des décès par tuberculose se produisent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire et qu’environ 9,6 millions de personnes ont contracté la tuberculose en 2014 et 1,5 million en sont mortes. Parmi lesquelles 380.000 personnes vivant avec le VIH.
L’organisation a relevé également que cette maladie est l’une des cinq principales causes de décès chez les femmes âgées de 15 à 44 ans, qu’un million d'enfants ont contracté la tuberculose en 2014 et que 140.000 en sont morts.
Selon les chiffres de l’OMS, on estime à 480.000 le nombre de cas de tuberculose multirésistante dans le monde en 2014.
La bonne nouvelle, c’est que «plusieurs pays renforcent les orientations stratégiques de leur programme de lutte contre la tuberculose en adoptant des outils nouveaux, en élargissant l’accès aux soins et en agissant en coordination avec d’autres branches de l’administration publique pour réduire les coûts supportés par les patients», s’est réjouie l’OMS.
L’organisation, qui a publié une brochure exposant les mesures prises dans ces pays, a souligné de manière générale que le taux de mortalité due à la tuberculose a chuté de 47% ces 25 dernières années. Elle a estimé, par ailleurs, que 43 millions de vies avaient été sauvées entre 2000 et 2014. Et ce grâce notamment «au diagnostic et au traitement de la tuberculose».
Rappelons que la Stratégie de l’OMS pour mettre un terme à l’épidémie de tuberculose vise à «réduire de 90% les décès par tuberculose et de 80% le nombre de nouveaux cas entre 2015 et 2030». Elle vise aussi à faire en sorte qu’aucune famille touchée par la tuberculose ne soit exposée à des dépenses catastrophiques à cause de la maladie, espère-t-on à l’OMS.

Alain Bouithy
Vendredi 25 Mars 2016

Lu 1122 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs