Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

45.000 km en courant et en ramant: le tour du monde d'un "fondu"




45.000 km en courant et en ramant: le tour  du monde d'un "fondu"
Soixante-et-un ans, l'âge de déraison? Serge Girard, un spécialiste de la course d'endurance, s'attaquera en mars à un "rêve de gosse" à la limite du raisonnable: un tour du monde "à la force humaine", 45.000 km en courant sur la terre ferme et en ramant sur les océans.
"Il n'y a pas d'âge pour rêver et entreprendre", assure-t-il à l'AFP.
"Je ne cherche pas à battre des records, mais simplement à atteindre mon objectif de réussir ce +Run and row Tour+ (nom de l'expédition), à la seule force de mes muscles et de mon mental", ajoute-t-il, soulignant que ce défi n'est motivé par aucune "considération écolo".
Départ prévu en mars sur l'île de la Réunion, où l'arrivée est prévue en novembre 2016. Entre-temps, Girard devra avoir enchaîné autour de l'hémisphère austral, d'Est en Ouest: 17.000 km de course à pied en traversant trois continents, Afrique, Amérique du Sud et Australie, et 28.000 km sur un canot à rames à travers trois océans, Atlantique, Pacifique et Indien.
Girard, originaire du Havre, est un fondu de l'ultra-fond et détient plusieurs records d'endurance. Il avait battu en 2010 celui de la plus longue distance à la course à pied en 365 jours sans jour de repos: 27.011,88 km, l'équivalent de 640 marathons, à travers 25 pays de l'Union européenne.
Il a aussi, depuis 1997, traversé les 5 continents à grandes foulées et signé en 2005-2006 un mémorable Paris-Tokyo, 19.097 km en 260 jours. Pour son tour du monde sur terre et mer, il devra relever un défi dans le défi: l'immense partie maritime de son périple, à bord de Soma, une barque à rames de 6,50 m et 1,81 m de large: un "coursier des mers" qu'il a dû "apprendre à apprivoiser depuis un an dans les eaux de la Manche".
"Ce mode de locomotion est nouveau pour moi, et me retrouver seul en pleine mer, passant du statut de coureur de fond à celui de rameur de fond, est totalement inédit, souligne-t-il. Comme sur terre, c'est mon mental qui devra faire la différence sur les océans".
Boucler la boucle en 21 mois serait un record, mais son tour du monde sans voile ni vapeur ou moteur à explosion ne sera pas une première. Un Britannique, Jason Lewis, y est parvenu en 2007, parcourant 74.000 km en canot à pédales, vélo, kayak et patins à roulettes. Mais il a mis... 13 ans!
Un Turc, Erden Eruç, a mis 5 ans pour couvrir 66.000 km, en canot à rames, vélo et kayak, entre 2007 et 2012.
Et le Franco-Libanais Jean-Gabriel Chelala, parti en 2008 du parvis de Notre-Dame à Paris, y est revenu en 2010, après une aventure de 33.000 km dans l'hémisphère Nord, autour du 48e parallèle, en vélo assis et couché, canot à pédales et kayak. Son livre "48° Nord" (éd. Les deux encres) a reçu le prix 2014 de la Société des explorateurs français.

AFP
Lundi 29 Décembre 2014

Lu 94 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs