Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

42 ans de règne absolu et une fortune de 120 milliards de dollars




Durant près de 42 ans de règne, le colonel Mouammar Kadhafi et sa famille ont bâti un empire financier vaste, mais difficile à évaluer. D’autant que la famille détient des actions dans de nombreux secteurs économiques à l’étranger.
D’après certaines sources, sa fortune et celle de sa famille dépassent largement celle de Moubarak. Elles s’élèveraient, à son avis, à 120 milliards de dollars.
Le despote a diversifié ses placements et ses acquisitions à travers les membres de sa famille.
Dans son édition d’avant hier, le Financial Times, citant des câbles diplomatiques obtenus par le réseau social WikiLeaks, indique que les diplomates de l’ambassade américaine affirment que le despote de Tripoli et sa famille détiennent d’importantes  actions dans les secteurs du pétrole et du gaz, des télécommunications, des infrastructures de développement, des hôtels, des médias et de la grande distribution.
Dans ce rapport qui date de mai 2006, il est constaté que les enfants de Kadhafi touchent des revenus réguliers de la société pétrolière nationale dont les exportations atteignent des dizaines de milliards de dollars. Est cité en ce sens, à titre d’exemple, son second fils, Seïf Al Islam, qui a accès à l’industrie pétrolière par la voie de la filiale de son groupe personnel, One-Nine. Ces fortunes sont aussi sources de luttes intestines entre frères et sœurs de Kadhafi.
Ce dernier a investi 21,9 millions de dollars en 2009 rien que dans un complexe hôtelier de la ville italienne de l’Aquila, détruite la même année par un séisme. Le même jour, le  Guardian observe que la fortune des Kadhafi est difficile à évaluer. Il évoque en ce sens des comptes secrets à Dubaï, en Asie du Sud-Est et dans les pays du Golfe. La manne pétrolière a permis à la Libye d’investir 70 milliards de dollars à travers la Libyan Investment Authority (LIA), un fonds souverain créé en 2006.
Dans le même câble, il est fait état de la mainmise de ses neuf enfants et de sa femme sur l’économie du pays. Le pétrole est la principale ressource du clan. Autre activité : les télécommunications. Ce secteur est contrôlé par un autre fils du guide, Mohamed, alors que Saâdi  s’occupe de l’immobilier. Ancien footballeur qui comptabilise 15 minutes de jeu avec le club italien Pérouse dans les années 90, il lance en 2006 la construction d’une ville entière située dans une zone à forte valeur touristique. Après la levée des sanctions économiques  des Nations unies sur Tripoli, en 2003, se développe dans le pays le petit commerce, notamment celui des vêtements. Activité réservée à la femme du dictateur, Safia, et à sa fille Aïcha.
En Italie, la Libye détient des actions dans plusieurs secteurs. En effet, Tripoli détient 7,5% du capital d’UniCrédit et dispose de 2% des actions de Finnemecanica, de 7,5% de la Juventus de Turin, de 2% d’Eni et de 14,8% de Retellit, une société contrôlée par Telecom Italia.

Libé
Vendredi 25 Février 2011

Lu 436 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs