Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

40 ans pour éviter la disparition de tous les poissons du globe




Selon les experts de l'Organisation des Nations unies (ONU), d'ici à 2050, toutes les espèces de poissons pourraient avoir disparu des océans.
"Si les différentes estimations que nous avons reçues se réalisent, alors nous sommes dans une situation où effectivement, dans 40 ans, nous n'aurons plus de poisson", a déclaré à New York Pavan Sukhdev, directeur de l'Initiative pour une économie verte du Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue).
Une catastrophe pour la biodiversité qui peut néanmoins être évitée selon le directeur du Pnue, Achim Steiner : "Nos institutions, nos gouvernements sont parfaitement capables de changer de voie", a-t-il souligné.
Une trentaine de pays collaboreraient déjà avec le Pnue, et d'autres sont actuellement en train de réviser leur politique environnementale.
Outre le problème écologique que cette disparition engendrerait, l'extinction des espèces de poissons causerait des carences chez les populations de nombreux pays en voie de développement, pour qui l'alimentation marine reste la seule source de protéines.
520 millions de personnes seraient financièrement liées à l'économie de la pêche selon le rapport sur l'économie verte. 35 millions de personnes dans le monde vivraient grâce à elle et 170 millions d'emplois en dépendraient directement ou indirectement.
30% des réserves halieutiques seraient déjà éteintes selon l'ONU et d'ici 2050, l'ensemble des activités de pêche pourraient donc bien ne plus être rentables.
Le rapport indique que c'est principalement la surpêche qui est en cause car elle ne permet pas aux espèces d'avoir assez de temps pour se reproduire. C'est pourquoi il préconise de mettre en place au plus vite des zones marines protégées, qui permettraient aux poissons d'atteindre leur taille adulte et d'être plus fertiles. En parallèle, il serait nécessaire de remplacer les grandes flottes de pêche par de plus petits bateaux.
"Les solutions sont sous la main, mais la volonté politique et une économie ordonnée sont nécessaires", a insisté M. Sukhdev.

Maxisciences
Samedi 22 Mai 2010

Lu 461 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs