Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

4 millions de dollars pour sauvegarder la biodiversité : PNUD et Crédit agricole mettent la main à la pâte




4 millions de dollars pour sauvegarder la biodiversité : PNUD et Crédit agricole mettent la main à la pâte
Le Programme des Nations unies pour le développement  (PNUD) et le Crédit agricole du Maroc (CAM ) luttent pour la sauvegarde de la biodiversité et le développement rural par la valorisation des plantes aromatiques et médicinales (PAM). Les deux parties ont même signé, lors du Salon international de l’agriculture au Maroc - SIAM – à Meknès, une convention de partenariat pour la conservation des ressources naturelles et la sauvegarde de la biodiversité dans la chaîne de valeur des PAM en tant que patrimoine naturel précieux à même de contribuer à assurer un développement rural durable.
«Ce programme vise à rationaliser et  développer les plantes aromatiques et médicinales (PAM) de façon à  garantir leur développement et contribuer à  répartir les bénéfices aux populations locales. Il ambitionne d’œuvrer d’une part pour la conservation et la valorisation de la biodiversité dans la chaîne de valeur PAM, et d’autre part pour la lutte contre la pauvreté», a précisé Bruno Buezat, représentant résidant de la PNUD au Maroc.
Selon lui, ce projet s’inscrit dans le programme mondial intitulé : «Intégration de la biodiversité dans les chaînes de valeur des plantes aromatiques et médicinales méditerranéennes au Maroc » dont le montant global est estimé à 4 millions de dollars dont 200.000 DH alloués par le PNUD et 900.000 DH par le Fonds mondial de l’environnement. Le Haut commissariat  des eaux et forêts et le Crédit agricole Maroc font également partie des contributeurs.
Le projet  comporte trois composantes. La première relève des services liés à la chaîne de valeur des PAM, notamment la communication et le marketing, offrant ainsi un «guichet unique» pour les informations destinées aux parties prenantes. La seconde composante est axée sur la conservation de la biodiversité avec notamment l’initiation et la finalisation du processus de certification Fair Wild pour quatre espèces endémiques de grande importance écologique et commerciale, à savoir le romarin, le thym, l’origan et le pyrèthre. Quant à la troisième et dernière composante, elle s’articule autour du renforcement des capacités sur deux volets. Le premier étant destiné aux partenaires et comprend des formations liées aux services rendus aux chaînes de valeur en particulier en matière de communication et de marketing.  Quant au deuxième volet, il vise la formation en certification Fair Wild  et s’adresse aux coopératives.

Hassan Bentaleb
Vendredi 27 Avril 2012

Lu 583 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs