Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

339 soldats étrangers ont trouvé la mort depuis le début de l’année : Une frappe de l'OTAN tue cinq militaires afghans




Une frappe aérienne de l'OTAN a tué par erreur cinq soldats afghans qui patrouillaient mercredi dans l'est du pays, a-t-on appris de sources officielles.
Le porte-parole du ministère de la Défense, le général Mohammad Zahir Azimi, a condamné cet accident, observant que des soldats afghans avaient déjà été tués par des "tirs amis".
Selon lui, les militaires lançaient une embuscade contre des insurgés dans la province de Ghazni lorsque des appareils de l'Alliance atlantique ont commencé à tirer sur eux. Cinq soldats afghans ont été tués et deux autres ont été blessés. Le porte-parole de l'OTAN Josef Blotz a confirmé la frappe et regretté ces disparitions. Il a ajouté qu'une enquête conjointe avait été ouverte.
Par ailleurs, la force de l'OTAN a annoncé hier la mort de trois de ses soldats en Afghanistan, portant à 339 les pertes dans les rangs des forces internationales depuis le début 2010, qui s'annonce déjà comme l'année de loin la plus meurtrière en près de neuf ans de guerre. Les trois militaires ont été tués lundi dans le sud par l'explosion de bombes artisanales, l'arme de prédilection des talibans, indique la force internationale de l'OTAN (ISAF) dans un communiqué lapidaire. Elle avait déjà annoncé mardi la mort d'un de ses soldats dans des circonstances similaires.
L'ISAF ne révèle jamais les identités ou les nationalités de ses soldats tués, elle en laisse le soin aux pays d'origine. Mais mardi, la France a annoncé la mort d'un de ses sous-officiers, tué dans l'est par l'explosion d'une mine artisanale.
Au total, neuf soldats de l'OTAN ont été tués pour les seules journées de lundi et mardi.  L'insurrection s'est intensifiée ces deux dernières années, et leur champ d'action s'est élargi à la quasi-totalité du pays. Les troupes américaines forment plus des deux tiers des forces internationales en Afghanistan, composées de soldats d'une quarantaine de pays, pour l'essentiel sous la bannière de l'OTAN. A noter également que les forces britanniques vont transférer aux Américains la responsabilité de l'un des districts les plus violents du sud de l'Afghanistan, rapporte le site Internet du Guardian, repris par plusieurs titres de la presse britannique (The Independent, The Times [abonnés]). Le journal, qui cite des sources politiques non identifiées, écrit que la Grande-Bretagne retirera bientôt son millier de soldats du district de Sangin, dans la province du Helmand, où ils seront remplacés par des Américains, qui les dépassent maintenant en nombre dans la province du Helmand. Ce retrait des forces britanniques, environ un millier dans cette zone de Sangin, ne devrait pas commencer avant plusieurs mois, selon la BBC et l'agence Press Association, qui ne citent pas de source.
Sangin, une vallée dans le nord de la province, a été l'un des endroits les plus meurtriers pour les forces britanniques, qui y ont perdu le tiers environ des 312 soldats britanniques tués en neuf ans de guerre. Le ministère de la défense s'est refusé à tout commentaire sur cette information, se contentant de dire que la Grande-Bretagne soutient totalement la répartition des forces décidée par les chefs militaires. Actuellement, les forces américaines et de l'OTAN dans le Helmand sont commandées par un général américain. Pratiquement tous les 9 500 militaires britanniques déployés en Afghanistan sont basés dans cette province, théâtre des combats les plus meurtriers.
Les forces britanniques ne représentent que le tiers des forces étrangères dans la province du Helmand, mais elles sont responsables de la protection d'une part plus importante de la population de la province. Leur retrait du district de Sangin contribuera à redresser le déséquilibre. Le premier ministre britannique, David Cameron, a affirmé le 25 juin qu'il souhaitait que les troupes britanniques soient rapatriées d'ici à cinq ans, sans toutefois fixer de calendrier précis. Le ministre des affaires étrangères, William Hague, a déclaré mardi que les forces britanniques en Afghanistan se seraient retirées de tout rôle de combat dans un délai de cinq ans.

Reuters, AP
Jeudi 8 Juillet 2010

Lu 166 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs