Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

30.000 migrants illégaux à l’affût près de Sebta et Mellilia

Des rapports policiers font état d’une très grande permissivité de la part d’Alger




30.000 migrants illégaux à l’affût près de Sebta et Mellilia
La pression sur les deux présides occupés, en l’occurrence Sebta et Mellilia, est devenue un vrai casse-tête pour les autorités espagnoles. A telle enseigne que des rapports policiers dont le contenu a été relayé, hier, par le quotidien espagnol El Pais, ont mis en garde contre cette situation. 
D’après ces rapports, environ 30.000 Subsahariens se cacheraient au Maroc et attendent le moment opportun pour entrer à Mellilia et Sebta. 
La même source fait état de l’existence « d’organisations criminelles bien structurées qui transportent et canalisent les milliers d’immigrés qui fuient leurs pays ». Et de préciser que « les mouvements migratoires qui accèdent au Maroc à travers l’Algérie comptent sur la collaboration des bandes nigériennes disposant de moyens de transport et de logement. Ces bandes ont atteint un haut niveau de professionnalisme et monopolisent maintenant une grande partie de ce marché ».
Ces réseaux « criminels » imposent, selon la même source, des tarifs variés pour faire entrer ces Subsahariens aux deux présides. Ils encaissent, ainsi, entre 25 et 45 euros pour chaque immigré afin de lui faciliter l’entrée à Sebta ou à Mellilia, soit à la nage, soit en s’aidant d’une bouée de sauvetage. Ils réclament 1000 euros pour l’utilisation de petites embarcations, entre 3000 et 4000 euros pour celles des voitures et entre 5000 et 6000 euros pour les faux passeports.
Plus de 100 Subsahariens ont pu d’ailleurs franchir la clôture grillagée séparant le Maroc du préside occupé hier matin, a indiqué l’agence espagnole Europa Press citant une source de l’Association de la Guardia civil à Mellilia.
Selon celle-ci, les immigrés, qui ont accédé à la ville, se sont scindés en deux grands groupes, ont lancé des cris « Barça, Barça », avant de s’enfuir en se débarrassant de leurs tee-shirts et disparaître dans la nature.
Une centaine d’autres Subsahariens ont tenté d’entrer à Mellilia à 6 heures du matin du lundi en sautant la double clôture grillagée haute de 6 mètres, mais ils ont été repoussés par les forces de sécurité marocaines et la Guardia civil.
A rappeler que le jeudi 6 février, une quinzaine d’immigrés subsahariens avaient péri au large de Sebta alors qu’ils tentaient de pénétrer dans cette ville à la nage. Ce drame avait provoqué un tollé en Espagne et en Europe. Ainsi des partis politiques de l’opposition dont notamment le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) ont-ils ouvertement critiqué la manière avec laquelle la Guardia civil avait procédé pour repousser ces Subsahariens en usant de balles en caoutchouc. 
L’Union européenne a, pour sa part, tancé le gouvernement espagnol. La commissaire de l’Intérieur de l’Union, Cecilia Malmström, avait exprimé, vendredi dernier, « sa préoccupation » de l’usage de balles en caoutchouc, tout en demandant aux autorités espagnoles d’expliquer « cette question ». 

Mourad Tabet
Mardi 18 Février 2014

Lu 788 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs