Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

30.000 cas d’envenimations scorpioniques et ophidiennes par an au Maroc

Nécessité de trouver des solutions pour une prise en charge




30.000 cas d’envenimations scorpioniques et ophidiennes par an au Maroc
Les participants à une rencontre internationale ont souligné, récemment à Marrakech, que les envenimations scorpioniques et ophidiennes constituent un véritable problème de santé publique au Maroc et dans les pays du Sud du pourtour méditerranéen.
Dans une déclaration à la MAP, le coordonnateur du comité d'organisation, Ali Boumezzough, a fait savoir que selon des données fournies par le Centre antipoison et de pharmacovigilance du Maroc (CAPM), quelque 30.000 cas d'envenimations scorpioniques et ophidiennes sont enregistrés chaque année, avec un taux de 3 décès pour 1.000 piqures, particulièrement chez les moins de 15 ans.
Ce taux reste assez élevé par rapport à d'autres pays du bassin méditerranéen, compte tenu du contexte bioclimatique et de la scorpiofaune riche et diversifiée du Royaume, a-t-il indiqué, ajoutant dans ce contexte que le Maroc compte quelque 50 espèces de scorpions, dont 22 venimeuses et dangereuses.
Par ailleurs, M. Boumezzough, chercheur universitaire à la Faculté des sciences Semlalia de Marrakech, a fait savoir que la région de Marrakech-Tensift-Al Haouz est classée première à l'échelle nationale au niveau des envenimations scorpioniques. Il a, dans ce cadre, plaidé pour la conjugaison des efforts de tous les acteurs dont ceux du domaine médical, les collectivités locales et les ONG pour lutter contre ce problème de santé, annonçant le lancement prochain par le ministère de la santé de la campagne de lutte contre les envenimations scorpioniques et ophidiennes.
L'université a un rôle de taille à jouer dans ce domaine puisqu'il relève de son champ d'action d'établir l'inventaire et la cartographie des espèces venimeuses, le suivi et l'élaboration de la synthèse des antidotes spécifiques à administrer aux malades, a-t-il renchéri.
Dans ce cadre, M. Boumezzough a noté que le Laboratoire d'écologie et d'environnement (L2E) a identifié 3 nouvelles espèces de scorpions au Maroc, d'où la nécessité d'établir des ponts pour faciliter la communication entre l'université et les structures sanitaires.
 Il a insisté sur la nécessité de trouver des solutions aux prises en charge des envenimations au Maroc, rappelant que le sérum des antidotes a été interdit depuis la fin du siècle dernier au Royaume, étant donné que ces antidotes étaient efficaces pour les serpents et le sont moins ou pas du tout pour les scorpions.
Lors de ce congrès, le comité d'organisation a sollicité un laboratoire mexicain qui a mis en place ces derniers temps en période d'essai deux antidotes spécifiques, dont un pour les serpents de l'Afrique du Nord et un autre pour les scorpions, a-t-il dit.
Cette rencontre, organisée du 20 au 23 mai, offrira une opportunité aux chercheurs dans le domaine des envenimations scorpioniques et ophidiennes pour présenter les résultats de leurs travaux de recherche et partant renforcer l'échange du savoir en matière zoologique, biochimique, toxicologique et de traitements des envenimations.

Libé
Jeudi 23 Mai 2013

Lu 710 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs