Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

28 pays demandent que la pseudo-Rasd soit expulsée de l’UA




Suite au message historique adressé dimanche par S.M le Roi Mohammed VI au 27ème sommet de l’Union africaine (UA), tenu dans la capitale rwandaise, Kigali, 28 pays membres de cette organisation ont adressé, lundi, à Driss Déby Itno, président de la République du Tchad et président en exercice de l’Union africaine (UA), une motion en vue de la suspension, prochaine, de la fantomatique «république arabe sahraouie démocratique» des activités de l’UA, et de tous ses organes, afin de permettre à l’organisation panafricaine de jouer un rôle constructif et de contribuer positivement aux efforts de l’ONU, pour un dénouement définitif du différend régional sur le Sahara.
Cette motion est adressée par Ali Bongo Ondimba, président de la République Gabonaise, au nom du Bénin, du Burkina Faso, du Burundi, du Cap Vert, du Comores, du Congo, de la Côte d’Ivoire, de Djibouti, de l’Erythrée, du Gabon, de la Gambie, du Ghana, de la Guinée, de la Guinée-Bissau, de la Guinée-Equatoriale, du Libéria, de la Libye, de la République Centrafricaine, de la République Démocratique du Congo, de Sao Tomé, du Sénégal, du Seychelles, de Sierra Leone, de la Somalie, du Soudan, de Swaziland, du Togo, de la Zambie. 
Les chefs de ces 28 Etats ont exprimé leur regret de « l’absence du Royaume du Maroc des instances de l’Union africaine, et conscients des circonstances particulières dans lesquelles la «république arabe sahraouie démocratique» a été admise à l’Organisation de l’Unité africaine ». Ils ont également accueilli «très favorablement » la teneur du message historique adressé par S.M le Roi Mohammed VI, au 27ème Sommet de l’UA, et « la décision du Maroc, membre fondateur de l’OUA et dont la contribution active à la stabilité et au développement du continent est largement reconnue, d’intégrer l’Union africaine et entendent œuvrer pour que ce retour légitime soit effectif dans les meilleurs délais ».
Pour ce faire, ces pays ont décidé «d’agir en vue de la suspension, prochaine, de la «république arabe sahraouie démocratique» des activités de l’Union africaine, et de tous ses organes, afin de permettre à l’UA de jouer un rôle constructif et de contribuer positivement, aux efforts de l’ONU, pour un dénouement définitif du différend régional sur le Sahara ».
Le président sénégalais, Macky Sall, a expliqué dans un entretien avec «Jeune Afrique» que «cette motion demande que la RASD soit suspendue de l’UA en attendant que l’ONU règle le problème devant le Conseil de sécurité. C’est une demande qui est en rapport avec le droit international. Dès lors que la RASD n’a pas été reconnue par les Nations unies et d’autres organisations internationales, il aurait été plus juste d’attendre qu’un référendum d’autodétermination ait lieu, par exemple, pour ensuite se prononcer au niveau continental ».

Libé
Mercredi 20 Juillet 2016

Lu 1489 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs