Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

25 ans après la catastrophe de Tchernobyl : L'Ukraine réclame des fonds pour surmonter les conséquences




Le Premier ministre ukrainien, Mykola Azarov, a appelé mardi la communauté internationale à aider davantage l'Ukraine à surmonter les conséquences de la catastrophe de Tchernobyl, le pays ayant trop longtemps été laissé seul face à ce problème.
«Malgré les circonstances économiques difficiles, au cours des vingt dernières années, l'Ukraine a financé seule les dépenses visant à surmonter le désastre», a-t-il déclaré dans un communiqué, au moment où le monde commémore la catastrophe survenue il y a 25 ans dans le réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl.
«Nous sommes convaincus que la solidarité entre les nations et les Etats, et l'humanisme de la civilisation moderne, ne laisseront pas l'Ukraine sans aide extérieure», a-t-il ajouté.
«Nous remercions ceux qui donnent (de l'aide) et par avance ceux qui vont en offrir».
D'après lui, les pertes économiques de l'Ukraine à la suite de la catastrophe survenue à l'époque soviétique s'élèvent en tout à 180 milliards de dollars.
Les dirigeants ukrainiens se sont régulièrement plaints de l'ampleur du problème dont ils ont hérité après la chute de l'URSS.
Selon M. Azarov, rien qu'en Ukraine, 2,2 millions de personnes ont le statut de victimes de Tchernobyl et 255.000 sont officiellement reconnues comme «liquidateurs», nom attribué aux personnes qui ont nettoyé le site après l'explosion.
La catastrophe de «Tchernobyl a laissé derrière elle des problèmes sociaux et économiques qui vont persister pendant des années», a ajouté M. Azarov.
L'Ukraine a notamment besoin de fonds pour construire un nouveau sarcophage. La centrale a été définitivement fermée en décembre 2000, mais le réacteur accidenté, recouvert d'une chape de béton à la va-vite, n'est toujours pas suffisamment isolé.
Au cours d'une conférence le 19 avril à Kiev, la communauté internationale a débloqué 550 millions d'euros, sur un total de 740 millions d'euros manquants, pour aménager un nouveau sarcophage à Tchernobyl.
Pour sa part, Tokyo a réaffirmé mardi que les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ne peuvent être comparés, en soulignant que les rejets radioactifs dans l'atmosphère avaient été nettement plus importants lors de la catastrophe ukrainienne il y a 25 ans.
«Il est clair que les deux cas sont de nature différente», a déclaré Yukio Edano, porte-parole du gouvernement, lors d'un point de presse à Tokyo, quelques heures avant le début d'une cérémonie en Ukraine en présence des présidents ukrainien Viktor Ianoukovitch et russe Dmitri Medvedev.
«La quantité de radioactivité relâchée (à Fukushima) a représenté environ un dixième» de celle relâchée à Tchernobyl, a-t-il insisté. «Nous avons été capables d'éviter l'explosion des réacteurs», a-t-il ajouté, en référence à l'explosion, il y a un quart de siècle, du réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl.
Dans le cas japonais, un tsunami de 14 mètres de haut a provoqué une panne des circuits de refroidissement, entraînant des explosions d'hydrogène et d'importantes fuites radioactives.

AFP
Mercredi 27 Avril 2011

Lu 377 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs