Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

24 rebelles tués dans des raids aériens et des attaques armées au Yémen




Au moins 24 rebelles chiites houthis ont été tués jeudi dans le sud du Yémen dans des raids aériens de la coalition arabe et des attaques armées des forces pro-gouvernementales, selon des sources militaires.
 Les avions de combat de la coalition, qui opère au Yémen sous commandement saoudien, ont bombardé deux transports de troupes au nord de Damt, dans la province de Dhaleh, tuant 13 rebelles et blessant plusieurs autres, a déclaré à l'AFP le général Ali Moqbal Saleh, commandant d'un camp militaire de la région.
 Les deux transports de troupes acheminaient des renforts aux rebelles et leurs alliés, les militaires restés fidèles à l'ancien président Ali Abdallah Saleh, à Damt, une localité de la province de Dhaleh, qu'ils avaient reconquise le week-end dernier, a-t-il ajouté.
Une dizaine de kilomètres plus loin, onze autres rebelles ont péri dans deux embuscades tendues par des combattants de la "Résistance populaire" à leur convoi, a indiqué une source militaire.
La "Résistance populaire", une alliance regroupant d'anciens militaires, des hommes de tribus, des sudistes autonomistes et des islamistes, est engagée dans la guerre avec les forces fidèles au président Abd Rabbo Mansour Hadi, réfugié en Arabie Saoudite, contre les rebelles.
 Après avoir repris Damt, ces derniers tentent d'avancer dans la province de Dhaleh, l'une des cinq provinces reconquises cet été par les forces pro-gouvrenementales.
Malgré une couverture aérienne et un important soutien militaire au sol de la part de la coalition arabe, intervenue fin mars au Yémen, ils peinent à avancer vers la capitale Sanaa, toujours aux mains des rebelles.
Depuis mars, la guerre au Yémen a fait quelque 5.000 morts, dont plus de la moitié civils, selon l'ONU qui cherche à organiser des pourparlers de paix durant le mois de novembre, probablement à Genève.
Les Houthis, issus de l'importante minorité chiite zaïdite yéménite, affirment être entrés en rébellion en raison de leur marginalisation par le pouvoir.

Vendredi 13 Novembre 2015

Lu 510 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs