Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

2015, Année internationale de la Lumière en l’honneur d’Ibn Al-Haytam




2015, Année internationale de la Lumière en l’honneur d’Ibn Al-Haytam
L’année 2015 est désignée par les Nations unies comme l’Année internationale de la Lumière et de la science utilisant la lumière sous le sigle IYL 2105 (International Year of the Light 2015). Deux chiffres ont en substance marqué cette annonce onusienne relayée par l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture l’Unesco; d’abord 1001 et ensuite1000. 
Le chiffre 1001 exprime le nombre d’inventions technologiques concernant la lumière depuis la première qui reste toujours la lunette de Galilée en 1609, si on exclut le miroir et la lentille. Le miroir trouve sa paternité chez Archimède à travers le rôle de ses miroirs ardents dans la bataille de Syracuse, que l’histoire nous enseigne. Par contre, la lentille s’est trouvée comme le résultat d’un  travail artisanal, amélioré sur une durée de plus d’un siècle par les artisans italiens de Florence. Né à Florence et c’est à Florence qu’il a construit sa lunette, Galilée n’a pas eu de difficultés à la concevoir et à la perfectionner en permanence, car le savoir-faire florentin en la matière était à ses côtés. 
Le chiffre 1000 est pour une fois un hommage d’un côté et un dû à la civilisation arabo-musulmane de l’autre en la personne d’un savant que l’ONU vient de reconnaître comme le père fondateur de l’optique et de la science moderne. Il s’agit bien évidemment d’Ibn Al-Haytam. 
Le Traité d'optique (en arabe Kitab Al-Manadhir), est un ouvrage en sept volumes, traitant de domaines scientifiques variés, l’optique, la physique, les mathématiques, la médecine, l’anatomie et la psychologie, écrit par Ibn Al-Haytham, entre 1015 et 1021, alors qu'il était en résidence surveillée au Caire, en Egypte. Le livre a eu une grande influence sur le développement de l'optique et de la science en général, car il a transformé radicalement la connaissance de la lumière et de la vision, et a introduit la méthode scientifique expérimentale. En conséquence, Ibn Al-Haytam est considéré comme le père de l'optique moderne, le pionnier de la méthode scientifique moderne et le fondateur de la physique expérimentale et certains, pour ces raisons, l’ont décrit comme le premier scientifique. Le traité d'optique a été classé aux côtés du Philosophiae Naturalis Principia Mathematica d’Isaac Newton comme l'un des livres les plus importants de l’histoire de la physique, à l’origine d'une véritable révolution scientifique dans le domaine de l’optique et de la perception visuelle.
Le traité d'optique contient également les premières explications et descriptions dans le domaine de la psychologie de la perception visuelle et des illusions d’optique, ainsi que de la psychologie expérimentale et la première des descriptions précises de la Chambre noire (Al Beit Al Moudhlim), préfigurant l’invention de l’appareil photographique moderne. Dans la médecine de l’époque et l’ophtalmologie de l’époque médiévale, le livre a également suscité des progrès importants dans le domaine de la chirurgie oculaire du fait qu’il a expliqué correctement, pour la première fois, le processus de la vision. Ce travail a également eu une influence sur l'utilisation de la perspective dans l’art de la Renaissance ainsi que l’invention du télescope et du microscope.
Nous avons déjà souligné son apport dans un de nos articles publié dans ce même journal que nous avions intitulé : “L’enseignement supérieur et la recherche scientifique dans le monde arabe”. Nous avons dit à son sujet que c’est le savant qui a effacé de la scène les deux interprétations du mécanisme de la vision : la première fut le point de vue atomiste de l’intromission (Démocrite et Epicure) du Rayon (ou du feu) Externe et la seconde comme  point de vue d’Euclide en tant que fondateur de l’Ecole d’Alexandrie, qui est celui du Rayon Visuel. Ibn Al-Haytam a condamné les deux points de vue et a imposé le principe du Rayon lumineux étudié comme tel jusqu’à nos jours. Sur le plan de l’étude de la lumière, c’est le premier qui a donné une interprétation mathématico-mécaniste du phénomène de la  réflexion, qui est reprise sept siècles après par Newton sous le nom d’une certaine Théorie des accès, enseignée sans partage tout au long des XVIIIème et XIXème siècles en Europe, jusqu’à son effondrement causé par l’électromagnétisme de Maxwell. 
Nous allons tout au long de cette année, parcourir toutes les étapes du développement qu’ont connues les sciences de  cette lumière depuis l’Antiquité jusqu’à l’ère contemporaine. Nous pouvons diviser ces études en trois périodes principales: l’Antiquité gréco-romaine, le Moyen Age arabo-musulman et Bas Moyen Age européen, enfin la science moderne. Des noms essentiels seront cités avec la contribution de chacun, exposée de façon exhaustive. Il y a pour l’Antiquité: Pythagore, Démocrite, Epicure, Euclide, Lucrèce, Gallien, Héron d’Alexandrie et Claude Ptolémée. Pour le Moyen Age arabo-musulman, il y a Al Kindi, Ibn Sahl et bien évidemment Ibn Al-Haytam et le Bas Moyen Age européen avec R. Grossetête, R. Bacon, Vitellio,  et T. De Freiberg. Pour l’ère contemporaine, il y a les principaux jalons: R. Descartes, C. Huygens, I. Newton, T. Young, A. Fresnel, J. C. Maxwell, H. Hertz et bien évidemment le monument A. Einstein.   
Au sujet de l’Année internationale de la lumière, il y a d’abord le 19 janvier comme date de son inauguration au siège de l’Unesco sous le thème  “1001 inventions and the World of Ibn Al-Haytham”, soit en français “1001 inventions et l’univers d’Ibn Al-Haytam”. Plus de 2000 invités ont été attendus, des lauréats du Prix Nobel, des scientifiques de haut rang, des représentants de gouvernements, des académiciens et des industriels,  afin de célébrer les réalisations scientifiques d’Ibn Al-Haytam et le démarrage du XIème siècle depuis ses travaux scientifiques.
Par l’occasion, différentes manifestations sont prévues à travers le monde, afin de faire prendre conscience de l’importance de la science de la lumière dans la civilisation moderne et du rôle crucial qu’elle continuera à jouer au XXIe siècle. Ce sera aussi l’occasion de rendre hommage aux pionniers de cette science, tels Ibn Al-Haytham et James C. Maxwell, à la base de bien des technologies du XXe siècle, comme le laser et les LED  dont les inventeurs ont été à l’honneur en obtenant le Prix Nobel de physique de 2014. Il est vrai que ce bijou que nous appelons laser est présent dans de nombreux appareils de notre quotidien, et qui fonctionnent tous selon un même principe d’optique quantique, sous la forme d’un incroyable pouvoir de l’atome sur le photon et inversement. 
Deux principales déclarations sont à retenir, celle  d’Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco:  “C’est un plaisir pour nous d’être le partenaire de l’Organisation internationale ”1001 inventions and the World of Ibn Al-Haytham” afin de lancer la campagne de sensibilisation globale sur l’univers d’Ibn Al-Haytam, et de faire la promotion des sciences de la lumière dans le but d’en faire bénéficier tout le monde.” Celle de John Dudley comme Chairman de l’IYL2015 : Nous souhaitons la bienvenue à l’Organisation “1001 inventions and the World of Ibn Al-Haytham”, avec  son expérience en matière de manifestations éducatives et d’afficher l’Organisation IYL2015 comme son partenaire. Ibn Al-Haytam fut un remarquable pionnier du savoir qui nous a fait comprendre notre monde par ses vérifications expérimentales, comme il est un plaisir pour nous de travailler tous ensemble pour lui redonner sa réputation à travers le monde’’.   
Quand l’homme a commencé à penser  profondément au monde et à la nature qui l’entoure, il lui est apparu que celui-ci était composé de lumière et de matières animées  de mouvements dans l’espace et dans le temps. C’est une raison à donner aux développements des premières sciences de cette nature qui sont l’astronomie, la géométrie, l’optique, la chimie et la mécanique. Notons tout particulièrement que la physique moderne, l’astrophysique et la cosmologie comme tant d’autres disciplines sont nées de l’étude de la lumière. Tous les  bouleversements scientifiques engendrés au XXème siècle doivent leur existence aux avancées spectaculaires qu’ont connues les sciences de la lumière et du rayonnement dans leurs interactions avec la matière. 
Les technologies des communications reposent sur la maîtrise de la lumière aussi bien au niveau de sa génération que sa propagation et détection. Grâce  à l’utilisation des ondes radio et micro-ondes ou bien grâce aux fibres optiques, nous avons la transmission de l’information. La lumière laser est aussi très présente dans nos vies sans oublier le rôle de ses  extensions comme les rayons X et gamma, les ultraviolets et les infrarouges  en médecine, dans l’industrie  et dans toutes les investigations scientifiques et techniques. A travers ses interactions avec la matière, la lumière est aussi au cœur des technologies de l’image, comme en témoignent, par exemple, les caméras et capteurs CCD. La plus grande révolution que pourraient apporter les sciences de la lumière au XXIème siècle sera peut-être le moyen de se passer des énergies fossiles. Cela deviendra une réalité s'il s'avère possible d’exploiter facilement et à faible coût, tout en respectant l’environnement, l’énergie du Soleil au moyen d’une nouvelle génération de cellules photovoltaïques. 
Pour toutes ces raisons, l’ONU a décidé de proclamer 2015 l’Année internationale de la lumière et de donner mandat à l’Unesco pour organiser de par le monde de nombreuses manifestations pour sensibiliser le grand public à l’importance des sciences et des technologie de la lumière. L'Année internationale de la lumière 2015 a donc été inaugurée les 19 et 20 janvier 2015 au siège de l’Unesco à Paris. 
Mais avant cela, des pays comme la France ont déjà  lancé l’IYL2015 à  l’occasion d’une cérémonie prestigieuse le jeudi 8 janvier 2015 dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne en présence de deux prix Nobel de physique, Claude Cohen-Tannoudji et Serge Haroche, et d’Alain Aspect, tous trois bien connus pour leurs travaux fondamentaux sur la lumière. Ces trois noms sont déjà apparus dans notre article de ce même journal que nous avions intitulé: “Le prix Nobel de physique 2012 comme le prolongement historique de la théorie quantique”. 
Les grandes nations européennes peuvent se flatter de leurs traditions en matière d’étude de la lumière à notre époque moderne. Ces nations sont d’abord la Grande-Bretagne avec ses savants à commencer  par le géant I. Newton, T. Young, M. Faraday et l’enfant prodigue J. C. Maxwell. La France possède aussi sa longue tradition d’excellence en matière d’optique marquée notamment par l’optique géométrique développée par R. Descartes et Fermat, l’optique ondulatoire développée par A. Fresnel, auxquels on pourrait joindre Malus, Arago et Babinet. Pour l’Italie, il y a bien entendu Galilée comme père de la première invention de la lumière, Grimaldi pour les couleurs et la diffraction, Demisiano pour le microscope. Il reste pour la Hollande C. Huygens et Lorentz, pour l’Autriche Stéfan et Boltzman, pour le Danemark Römer et Bartholin. Pour l’Allemagne, il y a d’abord Kepler qui a sorti l’optique des décombres médiévaux, Fraunhofer, Helmholtz, Hertz,  Planck et A. Einstein. Même l’Inde a sa contribution à travers son physicien Rahman, auteur de la diffusion Raman, qui est une diffusion de la lumière par les vibrations atomiques dans les réseaux cristallins et moléculaires. Le monde arabo-musulman n’a rien donné pour cette époque, et il ne peut que se réjouir d’une certaine valeur scientifique qui lui est rendu, même si elle date d’un millénaire. 
Ibn Al-Haytam est donc considéré comme l’un des tout premiers esprits scientifiques modernes et l’un des premiers physiciens théoriciens puisqu’il s’appuyait clairement sur la méthode expérimentale qu’il utilisait conjointement avec les mathématiques. C’est pour lui rendre hommage que l’Unesco a lancé cette année la campagne internationale à côté de l’Organisation ‘’1.001 inventions, et l’univers d’Ibn Al-Haytham”. 
Depuis l’année passée, l’Organisation “1.001 inventions, et l’univers d’Ibn Al-Haytham” s’est engagée à atteindre plus de 120 millions d’individus à travers le globe, dans des campagnes éducatives d’envergure au sein des grandes métropoles comme Londres, Istamboul, New York, Los Angeles, Kuala Lampur, Abou Dhabi, Jedda, Le Caire et Alexandrie comme ville natale de Claude Ptolémée. Le secrétariat de l’IYL2015 se trouve à l’ICTP (International Center of Theoritical Physics) à Trieste (Italie). En plus de l’Organisation  ‘’1.001 inventions, et l’univers d’Ibn Al-Haytham‘’, d’autres partenaires sont annoncés pour accompagner  l’Unesco dans cette tâche. Il s’agit de l’American Institute of Physics (AIP), The American Physical Society (APS), the Deutsche Physikalische Gesellschaft (DPG), the European Physical Society (EPS), the IEEE Photonics Society (IPS), the Institute of Physics (IOP), the International Society of Optics and Photonics (SPIE), the lightsources.org,  International Network, the Optical Society of America (OSA) et  d’autres institutions. 
Remarque en rapport avec le sujet : du temps du régime de Saddam Houssein, le billet de 10 dinars irakiens portait l’image de  S. Houssein sur une face et sur l’autre l’image d’Ibn Al-Haytam. Quelle signification donner à cela? A notre avis, cela se résume dans ce que l’ex-maître de Baghdad a voulu faire de l’arabe contemporain. En mettant ce monument de la science moderne sur un billet de monnaie, il veut inscrire cet Arabe dans le cadre d’une trilogie : modernité-rationalité-science et ceux qui l’ont renversé, jugé et pendu ont voulu que l’Arabe soit enfermé dans une autre trilogie : islamisme-extrémisme-terrorisme et jusqu’à présent ils ont bien réussi leur pari, car la plupart des pays arabes vivent des folies meurtrières sans précédent dans leur histoire.   

 * Professeur et directeur 
de Laboratoire de recherche en physique à l’Université Mohammed Premier Oujda

Par Abdelkrim Nougaoui *
Mardi 27 Janvier 2015

Lu 1294 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs