Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

2 milliards de DH par an investis dans la sécurité par l’ONCF : 34 millions de Marocains ont choisi le train en 201




2 milliards de DH par an investis dans la sécurité par l’ONCF : 34 millions de Marocains ont choisi le train en 201
Dévoiler la stratégie de l’Office national des chemins de fer en matière de sécurité ferroviaire. C’est dans ce sens qu’a été organisée une conférence de presse ce jeudi à Rabat par Mohamed Rabie Khlie, directeur général de l’Office. La sécurité est une valeur intrinsèque. Y investir autant sur le plan humain que financier est le meilleur moyen de préserver des vies humaines. Afin d’évaluer cet effort et de mettre en exergue ses points forts et ceux à améliorer, des simulations de catastrophes ferroviaires sont organisées régulièrement par l’ONCF. La dernière en date est celle du 28 février, grandeur nature,  dont le film et les résultats ont été présentés lors de cette rencontre.
Nul besoin de rappeler que la sécurité est un atout majeur dans tous les secteurs d’activité a fortiori le transport ferroviaire. Et pour cause, elle représente le taux de satisfaction le plus élevé (87%) de  l’ensemble des critères de l’enquête de satisfaction. C’est d’ailleurs le premier critère  de choix par rapport aux autres moyens de transport. Les chiffres sont là pour le prouver puisque le nombre de voyageurs ayant emprunté le train est passé de 21 millions  en 2005  à 34 millions en 2011. Mais pour réussir ce challenge, d’énormes moyens sont déployés. 50% de l’ensemble des formations dispensées sont dédiées à la sécurité dont l’effectif couvre  60% par rapport à l’ensemble des collaborateurs. Une attention toute particulière est accordée aux installations techniques qui, à la pointe de la technologie, n’ont rien à envier à celles adoptées dans les pays occidentaux. Encore faut-il tenir compte des facteurs exogènes influant sur la sécurité ferroviaire. Il en est ainsi du non-respect des consignes de sécurité, des traversées anarchiques ou des jets de pierre.
Côté investissement, l’ONCF ne lésine pas sur les moyens. Un budget de 2 milliards de DH est destiné à améliorer la sécurité. Cette dernière nécessite obligatoirement la suppression des passages à niveau qui sont actuellement au nombre de 399. Toute une stratégie a été suivie durant plusieurs années pour une suppression graduelle et la construction en parallèle d’ouvrages de franchissement. Le programme de suppression de ces passages pour la période 2010-2015 prévoit la suppression de 118 unités pour un financement de 500 millions de DH.
Par ailleurs, le film-reportage de la simulation du déraillement d’un train entre Aïn Sebaa et Casa-Port a été diffusé devant la presse. C’est une opération à grande échelle ayant nécessité la mobilisation de plus de 600 personnes avec l’intervention de plusieurs services extérieurs. L’occasion pour mesurer le niveau de coordination et de réactivité des différents services d’intervention ONCF et des secours publics. La mise en œuvre des consignes de sécurité et des plans de secours ainsi que la façon de sensibiliser le public à ce genre d’événement ont été pris également en compte.
Le film était certes très ressemblant mais la réalité risque d’être plus tragique. D’où la nécessité de redoubler d’imagination.

Nezha MOUNIR
Samedi 10 Mars 2012

Lu 735 fois


1.Posté par le marocain le 10/03/2012 16:09
Le citoyen Marocain veut des trains luxueux car il paie fort son transport.De Fés à Oujda,c'est le calvaire des voyageurs,car il manque la propreté ,les hauts parleurs ne fonctionnent pas,le chauffe reste des fois soit allumé,ou éteint.Je dirai que c'est calvaire qu'il faut supporte sur un trajet de plus de 5 heures.Les vaguons sont pris par des voyageurs malhonnêtes et les contrôleurs n'interviennent pas.
Les tickets remis aux voyageurs sont illisibles et on ne comprend ce qu'ils contiennent(heures de départ,le prix,le trajet,les trains.Entre Oujda Fes,il y a des endroits où le train roule ç 10 kilomètres/heure.
Des fois il s'arrête pour que le train venant en sens inverse passe,ce qui retard l'arrivée à l'heure à Fes,pour emprunter celui allant à Marrakech.Une perte de temps pour la correspondance à Benguérir-Safi.
Espérant que ce cri de détresse soit entendu.Sinon on va souffrir,en attendant un autre Directeur de l'ONCF.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs