Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

19 personnes tuées jeudi : Washington menace le régime syrien




19 personnes tuées jeudi : Washington menace le régime syrien
Les forces syriennes ont tué au moins 19 personnes lors d'opérations menées jeudi dans le nord et l'est du pays, près de la frontière libanaise et au coeur des régions tribales sunnites, pour réprimer toute manifestation hostile à Bachar al Assad. La répression s'est accentuée depuis le début du mois de ramadan, début août, en dépit des menaces de nouvelles sanctions américaines et d'appels de la Turquie et des pays arabes à cesser les attaques. L'opération la plus meurtrière a visé jeudi au petit matin la petite ville de Kousair, près de la frontière nord du Liban, où onze civils dont une femme et un bébé ont été tués, selon militants et défenseurs des droits de l'Homme. Kousair est située à quelques kilomètres de la grande ville de Homs, à 165 km au nord de Damas, où cinq personnes dont un garçonnet de neuf ans ont été tuées vendredi aux premières heures lors d'un raid sur le quartier résidentiel de Byada à la suite de manifestations. Les prières nocturnes du ramadan, après la rupture du jeûne, sont l'occasion de rassemblements contre la famille Assad, issue de la minorité chiite alaouite, au pouvoir depuis 41 ans. Dans l'Est, des soldats et des membres des renseignements militaires, soutenus par des chars et des véhicules blindés, ont multiplié les offensives contre Daïr az Zour. Quatre civils ont été tués lors de fouilles conduites maison par maison. Une personne est également morte à Lattaquié, sur la côte. Face à la poursuite de la répression, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a souhaité jeudi que d'autres pays, en particulier les Européens et les Chinois, principaux acteurs dans le secteur énergétique syrien, s'associent aux Etats-Unis pour inciter Bachar al Assad à partir. Liée à la famille au pouvoir, l'industrie pétrolière syrienne génère le gros des devises étrangères du pays.
Dans une interview accordée à l'émission Evening News de CBS, Hillary Clinton précise que l'administration Obama a été "très claire" dans ses déclarations concernant la perte de légitimité du chef de l'Etat syrien. La Maison blanche n'a toutefois toujours pas appelé Assad à la démission. "Il est important que ce ne soit pas seulement la voix de l'Amérique. Et nous voulons nous assurer que d'autres voix se font entendre de par le monde", a expliqué Clinton. Turquie, Arabie Saoudite et Egypte ont appelé Assad à faire cesser la violence. Le président américain Barack Obama s'est entretenu jeudi avec le Premier ministre turc Tayyip Erdogan et les deux dirigeants sont d'accord pour appuyer les demandes des manifestants en faveur d'une démocratisation du pays, a déclaré la Maison blanche.
Les médias indépendants sont interdits d'accès en Syrie depuis le début du soulèvement il y a cinq mois. Les autorités ont conduit jeudi un groupe de journalistes turcs autour de la ville de Hama, cible d'une offensive militaire d'une semaine qui s'est achevée le week-end dernier. Les rues y étaient désertes, des vitres brisées et la plupart des magasins étaient fermés.

REUTERS
Samedi 13 Août 2011

Lu 628 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs