Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

18ème Sommet de l’UA en Ethiopie : Le Président tunisien défend la cause marocaine




18ème Sommet de l’UA en Ethiopie : Le Président tunisien défend la cause marocaine
Le Président tunisien Moncef Marzouki, s'est fixé pour but de relancer l'UMA et de ramener le Maroc à redevenir membre de l'Union africaine. C'est en tous cas ce qu'il a annoncé à Addis-Abeba lors du 18ème Sommet des chefs d'Etat et de gouvernements de l'Union africaine. Pour le premier point,  Moncef Marzouki avoue que la dynamisation de l'Union maghrébine arabe n'est pas soumise à une solution préalable de la question du Sahara. Même son de cloche quant à un éventuel retour du Maroc au sein de l'Union africaine. «La Tunisie veut jouer un rôle actif dans la constitution ou dans la renaissance du Maghreb. La Tunisie va faire tout son possible pour trouver une solution au douloureux problème sahraoui et la Tunisie va faire tout son possible pour que cette anomalie majeure qu'un grand pays comme le Maroc n'ait pas sa place dans la famille commune, que cette anomalie majeure soit corrigée et que nous ayons un jour nos amis marocains dans cette place ».
Pourtant, et tout en saluant les intentions de bonne volonté du nouvel homme fort de la Tunisie, il est fort à craindre que le Maroc qui est à l'origine de la création de l'Organisation de l'unité africaine (OUA)  sans renier son africanité ne soit pas près d'y retourner sans que l'Histoire n'en soit rectifiée. En effet, le retrait du Maroc en 1984 de l'OUA avait fait suite à la forfaiture commise par Edem Kodjo, ex-secrétaire général de l'organisation panafricaine qui a permis à une entité fantoche d'intégrer l'OUA sans disposer des attributs constitutifs d'une souveraineté. L'ex-gouverneur du Fonds monétaire international (FMI) de 1967 à 1973 et secrétaire général de l'Organisation de l'unité africaine de 1978 à 1983 avait du temps où il était  à sa tête, exploité la cause du Sahara marocain en faveur de la position de l'Algérie, en étant à l'origine du Plan de Lagos.
En dépit de cette bourde de l'Histoire, le Maroc, lié par des liens indéfectibles que l'histoire et la géographie ont tressés avec le continent, a, de sa  main tendue, initié à l'endroit de l'Afrique une politique de coopération Sud-Sud qui n'aurait pu donner de résultats que dans un cadre bilatéral acceptable, dynamique et mutuellement avantageux. Là où les ennemis de son intégrité territoriale déversaient leurs prébendes en pétrodollars, il apportait aide et assistance via un transfert désintéressé de formation, de savoir-faire et d'aide au développement. Il soutenait, aidait, commerçait avec le reste de l'Afrique sans autre objectif que de s'entraider, échanger et créer des zones de développement mutuellement avantageux. En fait, il coopérait sans autre arrière-pensée que celle de permettre à l'Afrique de réaliser l'une des ambitions premières des pères fondateurs de l'organisation panafricaine dont S.M Mohammed V, Haïlé Selassié  d'Ethiopie, , Kwame Nkrumah  du Ghana, Jomo Kenyata du Kenya, Léopold Sédar Sengor du Sénégal, Mokhtar Ould Dada de Mauritanie, Modibo Keita du Mali, Idriss Senoussi de Libye, Ahmed Sekou Touré de Guinée-Conakry, Félix Houphouët-Boigny de Côte d'Ivoire, Abbé Filbert Youlou du Congo-Brazzaville,  Joseph Kasa-Vubu du Congo, Julius Nyerere de Tanzanie. Gamal Abdel Nasser d'Egypte, Habib Bourguiba de Tunisie, Sylvanus Olimpio du Togo et Houari Boumediène d'Algérie.
C'est d’ailleurs ce dernier qui, dans son projet fou d'imposer son leadership sur l'ensemble des pays maghrébins tout en ayant un accès vers l'Atlantique via un Etat-croupion, fera détourner l'OUA des objectifs que tous ses pairs africains s'étaient fixés dans la perspective de relever les immenses défis qui s'imposaient à eux pour sortir du sous-développement.
Comme pour ne pas déroger à cette règle, et lors de ce Sommet d'Addis-Abeba, les dirigeants africains réunis en la circonstance ont échoué lundi, une fois de plus serait-on tenté de dire, à se mettre d'accord. En effet, ils n'ont pas réussi à élire un nouveau président pour la Commission de l'Union africaine (UA), son organe clé, en ne départageant pas les deux candidats en lice pour la présidence : le Gabonais Jean Ping, président sortant, et la Sud-Africaine Nkosazana Clarice Dlamini-Zuma, reportant ainsi à juin l'issue d'un autre verdict.  En attendant, c'est Erastus J.O. Mwencha Kin, de nationalité kenyane, qui assumera cette fonction à titre d'intérimaire.
Par ailleurs, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Saad-Eddine El Otmani, qui se trouve dans la capitale éthiopienne en visite de travail, avait été reçu par les présidents du Bénin, Yayi Boni, de la Guinée Equatoriale, Obiang Nguema Mbasogo, du Gabon, Ali Bongo et du président de la Côte d'Ivoire Al Hassane Ouattara.

Mohamed Jaouad Kanabi
Mardi 31 Janvier 2012

Lu 1387 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs