Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

170 otages lors d'une fusillade au Radisson de Bamako

Au moins 3 otages tués et des dizaines de personnes libérées




170 otages lors d'une fusillade au Radisson de Bamako
Les forces spéciales maliennes ont donné vendredi l'assaut contre l'hôtel Radisson de Bamako, théâtre d'une prise d'otages, et ont "pu libérer une dizaine de personnes", a affirmé à l'AFP le porte-parole du ministère malien de la Sécurité intérieure.
 "Trois otages ont été tués", a indiqué ce porte-parole, précisant que les nationalités étaient en cours de vérification. "L'assaut vient d'être donné. Les forces spéciales ont pu libérer une dizaine de personnes", a-t-il déclaré, estimant le nombre des assaillants de l'établissement à "deux ou trois".
Une prise d'otages massive était en cours vendredi à l'hôtel Radisson à Bamako, des tirs d'armes automatiques résonnant dans ce grand hôtel prisé par la clientèle internationale, où des assaillants retenaient 170 personnes.
L'assaut dans ce pays du Sahel régulièrement en proie à des violences jihadistes survient une semaine exactement après les attaques meurtrières revendiquées par le groupe Etat islamique qui ont fait 129 morts à Paris.
"Une prise d'otages est en cours sur le site aujourd'hui", a indiqué le groupe hôtelier Rezidor, qui gère l'hôtel Radisson Blu, situé au centre de la capitale malienne. "Selon nos informations, deux personnes retiennent 140 clients et 30 employés", a-t-il ajouté dans un communiqué.
Un journaliste de l'AFP sur place a entendu une fusillade en cours dans l'hôtel, situé dans le centre de la capitale, devant lequel les forces de l'ordre ont établi un périmètre de sécurité.
Des tirs d'armes automatiques pouvaient être entendus de l'extérieur de l'hôtel qui compte 190 chambres. "Ça se passe au septième étage, des jihadistes sont en train de tirer dans le couloir", a déclaré une source de sécurité à l'AFP.
Selon une source sécuritaire malienne, des assaillants sont rentrés dans l’enceinte de l'hôtel à bord d'une voiture munie d'une plaque diplomatique.
Selon le propriétaire de l'établissement, cité par Jeune Afrique, l'attaque a été menée par "trois individus lourdement armés".
Outre des policiers et militaires maliens, des forces spéciales de la gendarmerie sont arrivées sur les lieux, où étaient également visibles des membres de la force de l'ONU au Mali, la Minusma, et des forces françaises Barkhane, selon un photographe de l'AFP également présent sur les lieux.
Plusieurs ressortissants étrangers résidaient dans l'hôtel avant l'attaque. Leur nombre et nationalités n'étaient pas connus dans l'immédiat.
Un consultant français ayant requis l'anonymat qui descend régulièrement au Radisson, a estimé qu'il s'agissait "d'une cible évidente pour les terroristes".
"Le Radisson se trouve à un carrefour, l'une des rues était bloquée. Le contrôle est assuré par les gardiens privés. Ils passaient le détecteur de métaux sous les voitures. J'avais remarqué que lorsqu'ils les connaissaient, ils ne le passaient plus," a poursuivi cette même source.
Les personnels civils de la Minusma ont reçu un ordre de confinement et l'ambassade américaine à Bamako a appelé dans un tweet "ses ressortissants à rester à l'abri, et à respecter les instructions des autorités locales".
En août, une attaque contre un hôtel à Sévaré, près de Mopti (entre), avait fait au total 13 morts, dont quatre parmi le personnel d'une société sous-traitante de la Minusma.
Le 7 mars, un attentat contre un bar-restaurant à Bamako avait coûté la vie à 5 personnes, dont un Français et un Belge. Il s'agissait de la première attaque de ce type perpétrée dans la capitale du Mali.
Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda après la déroute de l'armée face à la rébellion, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée.
Ils y ont été dispersés et en ont été en grande partie chassés à la suite du lancement en janvier 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire internationale qui se poursuit actuellement.
Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères. Longtemps concentrées dans le Nord, les attaques jihadistes se sont étendues depuis le début de l'année vers le centre, puis à partir de juin au sud du pays.
Dans un enregistrement remontant à octobre et récemment authentifié, le chef du groupe jihadiste Ansar Dine, allié d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Iyad Ag Ghaly, avait appelé à poursuivre la lutte contre la France.

Samedi 21 Novembre 2015

Lu 586 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs