Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

16ème «Jazz au Chellah» célèbre l'écoute et l'échange : La jeune scène marocaine à l’honneur




Le désormais incontournable rendez-vous des mélomanes "Jazz au Chellah" fait son retour pour une 16ème édition, du 15 au 19 juin, qui ne manquera pas d'émerveiller les aficionados d'une musique transculturelle, entrelaçant les identités et redessinant les frontières de la musique par l'écoute et l'échange.
C'est du moins l'ambition affichée par les directeurs artistiques de cette 16ème édition du Jazz au Chellah, Jean-Pierre Bissot et Majid Bekkas.
"Le jazz, en cette période particulière, est le reflet de valeurs essentielles: tout d'abord la liberté, par le choix ouvert de l'expression musicale, qui se nourrit de l'échange et du dialogue, puis, la compréhension et la tolérance qui se dégagent de ces nouvelles harmonies, par l'intégration parfaite de +l'autre+ avec ses spécificités", soutient de son côté l'ambassadeur de l'Union européenne (UE) au Maroc, Eneko Landaburu.
Fait nouveau, cette édition se tourne vers la jeune scène marocaine et c’est précisément à ce titre que Majid Bekkas compte présenter pour les rencontres jazz européen - musiques marocaines quelques noms de la jeune scène musicale nationale.
M. Bekkas explique que ces artistes en herbe vont "participer à leur manière, à enrichir le dialogue interculturel et à renouveler la musique marocaine, tout en revendiquant une profonde appartenance aux racines du patrimoine musical national".
Les mélomanes auront à apprécier, durant cinq jours de fête, les richesses d'un répertoire national revisité et fusionné avec des sonorités jazz au sein de l'ancestral site archéologique du Chellah, qui a repris le flambeau, depuis la 10ème édition du festival, du site des Oudayas.
La soirée d'ouverture sera agrémentée d'une rencontre inédite entre le jazz des allemands de Talking Horns et la musique traditionnelle de la troupe Aissaoua Al Houda de Rabat, qui devront se donner la réplique dans une fusion alternant les notes du jazz "made in Germany" et les sonorités du patrimoine oral marocain.
Jeudi, le public viendra à la rencontre de deux duos, l'un issu de la jeune scène marocaine, composé de Nabila Maan et du guitariste Tarik Hilal, qui seront accompagnés par un duo composé de l'une des plus belles voix du jazz féminin autrichien, Michaela Rabitsch avec, à la guitare, Robert Pawlik.
Vendredi, le métissage des rythmes et des tendances musicales sera à l'honneur, où les mélomanes auront à découvrir "Le Big Band multinational" de Thoine Thys, musicien bruxellois reconnu qui sera accompagné d'un groupe de souffleurs néerlandais des plus confirmés, associés à une section rythmique portugaise.

Libé
Jeudi 16 Juin 2011

Lu 159 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs