Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

16 mai: Des photographies pour ne pas oublier

Exposition du photographe et journaliste El Moussaoui à Casablanca




16 mai: Des photographies pour ne pas oublier
Pour la troisième année consécutive, le Complexe culturel Sidi Belyout a servi de cadre à une exposition photos d’Abdenbi El Moussaoui.
Organisée du 16 au 24 mai, cette troisième édition s’inscrivait dans le cadre de deux événements célébrés en ce mois de mai : la commémoration du dixième anniversaire des attentats de Casablanca et la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse.
« Cette exposition est unique en son genre parce qu’elle comporte des photos qui rappellent à tous le douloureux souvenir des attentats de Casablanca qui ont endeuillé le Maroc, il y a 10 ans », a confié le photographe soulignant que cette première partie de l’exposition avait pour thème : « 16 mai et ses retombées » et que le choix de l’intitulé « n’a pas été facile vu que les photos qui constituent l’exposition datent d’il y a 10ans. Alors que d’autres remontent à plusieurs années. Cependant, toutes traitent du même sujet : le terrorisme ».
Justifiant l’intérêt d’exposer ces images, le photographe rappelle que « beaucoup de jeunes avaient à l’époque des faits entre 5 et 8 ans et ne pouvaient pas comprendre ce qui s’était passé et la douleur des familles des victimes. L’exposition appelle à lutter contre de tels actes et invite les autorités à éradiquer tous les maux dont se servent leurs auteurs », précisant qu’il a pris le souhait de ne pas exposer des photos trop sensibles.
S’agissant de la seconde partie de l’exposition, présentée sous le signe «Le photojournalisme, souvenirs inoubliables», le photographe confie avoir «créé une synergie entre le souvenir de ces actes ignobles et la Journée mondiale de la liberté de la presse».
Conscient que le 16 mai serait plus présent dans l’esprit du citoyen marocain, Abdenbi El Moussaoui a voulu également attirer l’attention de l’opinion publique sur le photojournalisme. «Le photojournaliste doit être protégé lors de l’exercice de sa profession, aussi bien de la police que des citoyens. C’est un métier à risque, même si la profession bénéficie d’un peu de liberté».
Cette exposition comptait 32 photos dont la moitié consacrée au 16 mai.

Alain Bouithy
Mardi 28 Mai 2013

Lu 389 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs