Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

15ème Festival du cinéma africain de Khouribga : L'Afrique appelée à s'investir davantage dans le cinéma




L'Afrique doit impérativement s'invertir davantage dans le cinéma et tracer une politique de promotion de la production cinématographique, ont souligné, dimanche à Khouribga, des spécialistes du 7é art africain.
Conscients du rôle important du cinéma dans la préservation de l'identité africaine, ils ont mis l'accent, lors d'une conférence sur les perspectives du cinéma en Afrique tenue en marge de la 15è édition du Festival du cinéma africain de Khouribga (FCAK) qui se tient du 30 juin au 7 courant, sur la nécessité de mettre en place un cadre juridique, fiscal, institutionnel et organisationnel en faveur de l'industrie cinématographique.
Le président de la Fondation du FCAK, Noureddine Sail a insisté, dans son intervention, sur l'impératif de relancer le cinéma africain à travers notamment l'adoption d'une véritable politique étatique devant faire du 7é art un levier de développement au service des générations futures, et ce, à la lumière des expériences américaine, indienne et européenne.
M. Sail, également directeur du Centre cinématographique marocain (CCM), a passé en revue l'expérience du Maroc en matière de promotion cinématographique, faisant savoir que le royaume est passé au niveau de la production de 3 à 25 films par an.
Pour sa part le journaliste sénégalais et critique du cinéma, Ababacar Diop, a insisté sur la place du cinéma et son influence sur les sociétés, soulignant que l'Afrique est invitée ainsi à faire du cinéma une feuille de route pour atteindre le niveau de développement culturel escompté.
Le scénariste et écrivain congolais Balufu Bakupa Kanyinda a de son coté salué les efforts du Maroc dans le domaine de promotion de l'industrie cinématographique, relevant que cette expérience peut servir de modèle pour les autres pays africains.
M. Mohamed Nejib Ayeb, critique tunisien, a pour sa part, axé son intervention sur l'Etat des lieux du paysage culturel particulièrement cinématographique et audiovisuel dans la Tunisie d'après la révolution, appelant à une étroite coopération régionale surtout entre son pays et le Maroc dans le domaine de la coproduction.
Organisé sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, le 15é FCAK, s'est ouvert samedi soir, par un vibrant hommage rendu à deux figures emblématique du 7é art africain, en l'occurrence le cinéaste et producteur mauritanien Abderrrahmane Sissako et le réalisateur ivoirien Roger Gnoan M'Bala.


MAP
Mercredi 4 Juillet 2012

Lu 385 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs