Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

150 soldats condamnés à mort au Bangladesh

Une mutinerie en 2009 à l’origine du verdict




150 soldats condamnés à mort au Bangladesh
La justice du Bangladesh a condamné à mort au moins 150 soldats qui avaient participé à une mutinerie meurtrière en 2009, lors de laquelle des dizaines d’officiers avaient été massacrés.
«Au moins 150 soldats de la division des BDR (Bangladesh Rifles: NDLR) ont été condamnés à mort pour le massacre d’officiers», a déclaré à l’AFP le procureur, Baharul Islam, devant le tribunal à Dacca. Quelque 350 autres soldats, sur les 823 jugés lors de ce procès, ont écopé de peines de prison allant jusqu’à 14 années.
L’accusation avait réclamé la peine de mort pour plusieurs soldats jugés pour meurtres, torture, complots et autres charges.
La mutinerie, qui avait démarré le 25 février 2009 et duré une trentaine d’heures, avait éclaté au sein des Bangladesh Rifles, une unité chargée de la surveillance des frontières.
Une enquête a conclu à des années de frustration et de colère de la part des soldats, qui réclamaient en vain des hausses de salaires et une amélioration de leurs conditions de vie. Les mutins avaient volé 2.500 armes avant de faire irruption à une réunion annuelle de hauts responsables des BDR et de les abattre. Au moins 57 officiers avaient été tués et leurs corps mutilés jetés dans les égouts ou des fosses communes.
Au total 74 personnes avaient été tuées, la plupart dans des conditions atroces: torturées, taillées en pièces ou encore brûlées vivantes. Il s’agit de la plus importante rébellion militaire de l’histoire du pays. Par ailleurs, les heurts ont éclaté à Patgram, à 300 km au nord de la capitale Dacca, entre des centaines de partisans du principal parti d’opposition, le Parti nationaliste du Bangladesh (BNP), et des supporteurs de l’Awami League au pouvoir.
«La police a d’abord tiré au pistolet pour disperser les antagonistes. Plus tard, ils ont ouvert le feu au fusil», a déclaré l’administrateur du district, Habibur Rahman.  Le BNP et ses alliés ont lancé un mouvement de grève générale dans tout le pays pour forcer le Premier ministre, Sheikh Hasina, à démissionner avant les élections législatives de janvier 2014 et pour demander la mise en place d’un gouvernement de transition afin de superviser le scrutin.
 Au moins 22 personnes ont été tuées dans ces violences depuis le début du mouvement le mois dernier .

AFP
Mercredi 6 Novembre 2013

Lu 66 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs