Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

150.000 personnes ont fui la bataille de Mossoul-Ouest




Plus de 150.000 personnes ont fui Mossoul-Ouest et ses environs en raison de l'opération des forces irakiennes pour reprendre au groupe jihadiste Etat islamique (EI) la grande métropole du nord, ont annoncé jeudi les autorités irakiennes.
Au total, 152.857 personnes ont quitté leur domicile, a indiqué le ministère des Migrations et Déplacés.
La majorité d'entre elles -plus de 98.000- ont trouvé refuge dans des camps établis dans les environs de Mossoul, où elles reçoivent soins, vivres, couvertures et matelas en mousse, a précisé le ministère, ajoutant que quelque 54.000 personnes avaient rejoint des secteurs repris à l'EI.
Mercredi, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) avait recensé de son côté près de 100.000 déplacés à Mossoul-Ouest, un chiffre n'incluant pas l'ensemble des personnes se trouvant hors des camps.
Avant la prise de Mossoul par l'EI en juin 2014, la population de la ville était estimée à deux millions d'habitants.
Les autorités irakiennes, appuyées par la coalition internationale antijihadistes sous commandement américain, ont lancé une vaste offensive le 17 octobre pour reprendre la deuxième ville du pays aux jihadistes. Après en avoir conquis fin janvier les quartiers orientaux, elles ont lancé le 19 février une offensive pour reprendre Mossoul-Ouest.
La chute de Mossoul, dernier grand bastion de l'EI en Irak, constituerait un revers majeur pour l'organisation ultra-radicale sunnite qui y avait établi son "califat" en juin 2014.
Sur le terrain, les forces gouvernementales avaient annoncé mardi  la reprise d'un nouveau site symbolique: la gare ferroviaire, une plateforme stratégique à l'arrêt depuis l'arrivée des jihadistes. Le Commandement conjoint des opérations avait également fait état de la conquête de deux villages au nord-ouest: Cheikh Mohammed et Al-Jamaliyah.
La reprise de Mossoul-Ouest permettrait au pouvoir irakien d'asseoir son autorité sur la totalité de la deuxième ville d'Irak, et infligerait un revers majeur pour le groupe ultraradical sunnite.
Mossoul, où le chef de l'EI Abou Bakr al-Baghdadi avait fait son unique apparition publique en juillet 2014, est en effet le dernier grand bastion du groupe en Irak.
Outre la gare, les forces gouvernementales ont repris plusieurs bâtiments importants ou symboliques à Mossoul-Ouest, à l'instar du siège du gouvernement de la province de Ninive, ainsi que le musée vandalisé par les jihadistes.
Elles ont annoncé dimanche avoir reconquis plus du tiers de la partie ouest. Mais si la résistance des jihadistes s'érode, les responsables militaires préviennent que des combats acharnés sont encore à prévoir, en particulier dans la vieille ville, aux rues étroites et densément peuplée.

Vendredi 17 Mars 2017

Lu 454 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs