Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

15 soldats yéménites pris en otages par Al-Qaïda

Accord pour un gouvernement de technocrates




15 soldats yéménites pris  en otages par Al-Qaïda
Quinze soldats étaient retenus en otages par Al-Qaïda dimanche dans l'ouest du Yémen au lendemain d'une attaque contre un QG des forces de sécurité qui a fait 13 morts, selon des sources tribale et sécuritaire.
 Des dizaines de combattants d'Al-Qaïda ont attaqué dans la nuit le QG des forces de sécurité à Jabal Ras, localité de la province de Hodeïda, sur la mer Rouge, "tuant 13 soldats, blessant 10 et capturant 15 autres", a déclaré à l'AFP une source des services de sécurité.
Trois assaillants auraient péri dans l'assaut, a ajouté cette source, précisant que les combattants d'Al-Qaïda "ont réussi à s'emparer du bâtiment".
Des renforts militaires ont été dépêchés depuis la ville de Hodeïda et des négociations ont été engagées avec les combattants d'Al-Qaïda pour qu'ils se retirent du site, a indiqué un dignitaire tribal.
 "Une médiation tribale est en cours pour obtenir le retrait des membres d'Al-Qaïda et la libération des soldats faits prisonniers", a déclaré ce dignitaire à l'AFP en milieu de matinée. Les combattants d'Al-Qaïda étaient arrivés à Jabal Ras en provenance de la région d'Al-Udayn, dans la province voisine d'Ibb, dont les insurgés du réseau extrémiste avaient pris le contrôle après des affrontements avec leurs rivaux, les rebelles chiites d'Ansaruallah, qui ne cessent d'étendre leur influence dans l'ouest et le centre du Yémen.
 Al-Qaïda dans la Péninsule arabique (Aqpa), considéré par les Etats-Unis comme la branche la plus dangereuse du réseau extrémiste, est très actif au Yémen, notamment dans le sud et le sud-est de ce pays, frontalier de l'Arabie saoudite, premier exportateur de brut dans le monde.
Par ailleurs, les rebelles chiites au Yémen et leurs rivaux politiques ont donné samedi leur accord à la formation d'un gouvernement de technocrates pour tenter de sortir le pays de sa grave crise politique.
Cet accord a été signé en soirée par les principales formations politiques en présence de l'émissaire de l'ONU au Yémen, Jamal Benomar, lors d'une cérémonie dans un hôtel de Sanaa, a rapporté un journaliste de l'AFP.
 Des représentants d'Ansaruallah et de leurs rivaux, dont le parti islamiste sunnite Al-Islah, ont tour à tour signé l'accord par lequel ils "mandatent le président Abd Rabbo Mansour Hadi et le Premier ministre Khaled Bahah pour former un gouvernement de compétences" et "s'engagent à soutenir" ce cabinet.
"C'est un compromis convenu pour surmonter la question du partage des portefeuilles ministériels entre les différentes formations politiques", à l'origine du blocage politique dans le pays, a déclaré à l'AFP l'un des signataires, Abdel Aziz Jubari, secrétaire général de la Justice et de la construction (libéral).
 Ce blocage a été aggravé avec la prise le 21 septembre de la capitale, Sanaa, par les rebelles d'Ansaruallah, qui ont, malgré un accord de paix signé le même jour, poursuivi leur offensive dans l'ouest et le centre du pays.
 A l'exception de la nomination le 13 octobre de M. Bahah pour former un gouvernement, l'accord du 21 septembre est resté lettre morte. Il prévoit notamment le retrait des milices armées d'Ansaruallah de Sanaa et des autres provinces.

AFP
Lundi 3 Novembre 2014

Lu 139 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs