Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

15 morts dans un attentat à la voiture piégée à Bagdad

Eventuelles frappes aériennes américaines contre les jihadistes de l'Etat islamique




15 morts dans un attentat  à la voiture piégée à Bagdad
Une voiture piégée a explosé au milieu d'un carrefour bondé dans l'est de Bagdad en pleine heure de pointe mardi matin, tuant au moins 15 personnes, selon des responsables irakiens.
L'attentat qui a touché le quartier de Jadida, déjà endeuillé par la mort de 11 personnes dans un attentat contre une mosquée chiite la veille, a également fait 33 blessés.
Les cafés, les marchés ou encore les mosquées sont régulièrement visés en Irak par des auteurs d'attentats recherchant les lieux où se rassemblent les foules. 
 Alors que les attentats se sont multipliés dans le pays depuis début 2012, l'Irak a sombré encore plus dans la violence depuis le lancement le 9 juin d'une offensive fulgurante d'insurgés sunnites menés par les jihadistes de l'Etat islamique (EI) qui se sont emparés de territoires dans cinq provinces, entraînant la fuite de dizaines de milliers de personnes.Pour leur part, les Etats-Unis vont effectuer des vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie en vue d'éventuelles frappes aériennes contre les jihadistes de l'Etat islamique (EI), déjà visés par des raids américains en Irak et dont la progression fulgurante suscite l'inquiétude de l'Occident.Les Etats-Unis, qui ont mené une centaine de frappes aériennes contre des positions de l'EI dans le nord de l'Irak depuis le 8 août, ont évoqué la semaine passée la possibilité d'étendre ces raids à la Syrie voisine après la décapitation du journaliste américain James Foley par des combattants de ce groupe ultra-radical.
Selon un haut responsable américain, interrogé par l'AFP, les Etats-Unis sont sur le point d'envoyer des avions-espions et des drones au-dessus de la Syrie pour repérer les jihadistes et préparer le terrain à d'éventuelles frappes.
Le chef d'état major interarmées américain, le général Martin Dempsey, a souligné lundi que l'EI constituait "une menace régionale qui sera bientôt une menace pour les Etats-Unis et l'Europe"."Peuvent-ils être battus sans s'attaquer à la part de l'organisation qui se trouve en Syrie? La réponse est non", a-t-il affirmé. Le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest, a néanmoins précisé que le président Barack Obama "n'a(vait) pas (encore) pris de décision" concernant des frappes aériennes sur le territoire syrien. La Maison Blanche a par ailleurs clairement laissé entendre que les Etats-Unis étaient prêts à agir sans l'accord de Damas, comme ils l'ont fait par le passé.
Par ailleurs, les autorités syriennes se sont déclarées lundi prêtes à coopérer avec la communauté internationale pour lutter contre les jihadistes, dont ceux de l'Etat islamique (EI) accusé par l'ONU de "nettoyage ethnique et religieux" en Irak.

AFP
Mercredi 27 Août 2014

Lu 320 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs