Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

136.000 candidats concernés par l’acte II du Bac




La session de la seconde chance

136.000 candidats concernés par l’acte II du Bac
Ils seront  plus de 136.000 candidates et  candidats à tenter leur chance à partir d’aujourd’hui et trois jours durant, lors de la session de rattrapage pour essayer de décrocher leur baccalauréat. Soit 40% du nombre des candidats de la session ordinaire de juin. Les résultats de cette session de rattrapage seront annoncés le 25 du mois courant. Une nouveauté cependant pour le bac de cette année, c’est que les candidats libres qui n’ont pas pu passer leur session   de rattrapage les 11 et  12 juillet auront une seconde chance de se rattraper avec une session  exceptionnelle régionale les 21 et 22 du mois courant. Alors que les travaux pratiques de cette session auront lieu le 23 juillet.
Il est à rappeler que cette année, 382.180 candidats ont pris part aux épreuves du baccalauréat organisées le 21 juin, soit une augmentation de 100.000 élèves par rapport à quatre ans auparavant. 158.628 d’entre eux ont réussi, ce qui est très significatif pour les responsables du département de tutelle « Ce qui signifie qu’on est en train de réaliser l’un des objectifs essentiels impartis, à savoir permettre à une génération déterminée d’accéder à l’université », déclarait Khchichene au Parlement après les résultats.  Le taux de réussite lors de la première session a atteint 47%,  toutes branches confondues, au lieu de 34% il y a deux ans. Les responsables se félicitent  du fait que cette  année, le nombre de jeunes qui ont réussi les concours d’accès aux écoles supérieures françaises a atteint 527 contre 330 l’année dernière. Il est certain qu’on est   loin donc des années précédentes où sur 100 enfants scolarisés, seuls 13 décrochaient le bac et sur ces 13 rescapés, 10 redoublaient au moins une fois. Une situation d’autant plus affligeante  qu’elle grève lourdement le budget général de l’Etat. Cependant, on est à s’interroger sur la qualité de cet enseignement et surtout sur ses débouchés. Suffit-il d’augmenter le nombre de reçus pour les voir plus tard dans la rue grossir les rangs des diplômés chômeurs ? Le problème de la corrélation entre l’enseignement et le marché de l’emploi se pose toujours avec acuité. Cependant, pour les responsables du département, on continue à soutenir que  la nouvelle approche et les efforts consentis dans le cadre de la mise en œuvre de différents projets inscrits au programme d'urgence ont eu pour  conséquence directe de relever le niveau des études. Nombre d’observateurs avertis contestent cet optimisme officiel. Ils soutiennent que la quantité n’a jamais signifié qualité. Ils estiment que les statistiques du ministère de l’Education nationale  ne reflètent pas la réalité du terrain où les choses sont tout à fait différentes de l’image qu’on veut en donner. Pour preuve, les excellents résultats du bac dans le privé cette année ont démontré que  l’école publique est en crise.

KAMAL MOUNTASSIR
Dimanche 17 Juillet 2011

Lu 303 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs