Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

12ème édition du Festival international du film de Marrakech : Le cinéma en audiodescription, une des spécificités du FIFM




12ème édition du Festival international du film de Marrakech : Le cinéma en audiodescription, une des spécificités du FIFM
Le cinéma pour tous. Ainsi pourrait-on résumer cette initiative louable du Festival international du film de Marrakech (FIFM) qui a permis à de nombreux cinéphiles marocains non-voyants et malvoyants de vivre et partager les grands moments du cinéma national et international, malgré leurs handicaps.
Suite au succès des précédentes éditions, sept films d’excellente facture, adaptés à cette technique apparue aux États-Unis en 1975, produits entre 1972 et 2011, seront projetés au cours de cette édition qui promet d’intenses moments d’émotions et de détente.
Ainsi, le public visé pourra revivre les grands moments des films «Deliverance» (Délivrance, 1972) du réalisateur John Boorman, «Story of women» (Une affaire de femmes, 1988) de Claude Chabrol, «The child» (L’Enfant, 2005) des frères Jean-Pierre & Luc Dardenne et «The King’s speech» (Le Discours d’un roi, 2010) de Tom Hooper.
A ces productions, s’ajoutent deux autres sorties l’année dernière, en l’occurrence «The tree of life» de Terrence Malick et «The artist» de  Michel Hazanavicius.
Un film marocain a également été sélectionné dans le cadre de ce programme. Il s’agit du long métrage «The lost beauty (La Beauté éparpillée - Oud El Ward) du cinéaste Lahcen Zinoun, adapté à cette même technique par la Fondation du Festival international du film de Marrakech.
«Pour ce film datant de 2007, la Fondation a fait appel aux animateurs marocains Aziza Laâyouni et Mohamed Ammora pour prêter leurs voix à la narration du film», explique l’équipe du Festival. Et d’ajouter :«A l’instar des éditions précédentes du Festival, les festivaliers non-voyants et malvoyants venus de tous les coins du Royaume sont entièrement pris en charge par la Fondation afin de leur permettre d’assister à la projection des sept films proposés».
«Les synopsis des films audiodécrits sont imprimés en braille et en trois langues (arabe, français et anglais) par l’Organisation Alaouite pour la protection des aveugles au Maroc», précisent les organisateurs.
Le cinéma en audiodescription est sans doute une des particularités du Festival de Marrakech. Pour information, on retiendra que le premier film en audiodescription du monde s’intitule «Tucker» de Francis Ford Coppola. Il fut adapté à cette technique en 1988.
Soulignons qu’en marge de cette manifestation cinématographique,  la Fondation du Festival international du film de Marrakech, organisatrice du Festival éponyme, organise la cinquième campagne gratuite de chirurgie de la cataracte au profit de 300 patients venant de la région de Marrakech-Tensift-Al Haouz.
Organisées en partenariat avec la Fondation Hassan II d’ophtalmologie et le ministère de la Santé, ces opérations auront lieu à l’Hôpital Al Antaki de Marrakech du 3 au 7 décembre.

ALAIAN BOUITHY
Samedi 1 Décembre 2012

Lu 608 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs