Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

12ème Festival du premier court-métrage de Pontault-Combault : Nouveau sacre pour «Courte vie» du réalisateur Adil El Fadili




12ème Festival du premier court-métrage de Pontault-Combault : Nouveau sacre pour «Courte vie» du réalisateur Adil El Fadili
Tout semble aller pour le mieux pour Adil El Fadili qui vient de s’offrir une nouvelle récompense. «Courte vie», première réalisation cinématographique du cinéaste, a reçu le prix du meilleur film étranger lors de la 12ème édition du Festival du premier court-métrage de Pontault-Combault qui se tenait ce week-end dans la banlieue parisienne.
Après «Aprilis Suski» du réalisateur Tornike Bziava en 2010, c’est autour de la production marocaine de se voir décerner cette récompense qui confirme, une fois encore, le professionnalisme du cinéaste marocain et le succès de sa production.
Il faut dire que le film d’Adil El Fadili n’est pas à sa première distinction. Cette production a remporté tout récemment le Grand Prix de la première édition du Festival de Malmo (Suède) du film arabe. Un rendez-vous organisé à l’initiative du Centre culturel arabo-scandinave (FADSO). Après avoir conquis le jury du huitième Festival du court-métrage méditerranéen de Tanger qui lui a décerné  Grand Prix de cet événement cinématographique. Drame d’une quinzaine de minutes, «Courte vie» relate les péripéties d’un jeune enfant dénommé Zhar (chance) et l'évolution du monde entre 1970 et 2010.  « Zhar est né sous le signe de la malédiction dans les années soixante-dix. Livré à lui-même dans la ville de Casablanca, sa vie dérive et devient le théâtre de ses nombreux échecs », suggère le synopsis du film.Interprété par les comédiens Aziz Hattab, Malika Hammaoui, Aziz El Fadili, Ismaïl Abouelkanater, Fatima-Ezzahra Bennasser et Mohammed Choubi, ce film retrace le parcours du jeune Zhar et «expose en parallèle les événements qui ont marqué non seulement le Maroc de l'époque, mais aussi le monde».
Outre le film marocain, cette édition a récompensé d’autres productions : «Crise à vendre» de Sandrine Martin qui s’adjuge le Grand Prix du jury et le Prix de l'A.C.E.P, «Ouaga Mélody» de Uriel Jaouen Zrehen (Prix du public) et «The Gloaming» de No Brain (Prix du Conseil Général). Le film  «En boîte» de Mathieu Paquier  a remporté  le Prix de la presse et celui d'interprétation avec Thierry Machard. Tandis que le Prix Cininter est revenu au film «Annoula Defteri» de Dominique Lombardi et Mention spéciale Apollo ex-aequo avec « Rosie » de Nadine Marcovici et « Suivez la flèche » de Marc Saez. Enfin, le Prix du film d'animation a été attribué au film «Les chroniques de la poisse» (pas de peau pour l'ours) de Osman Cerfon.
Soulignons que le scénario de «Courte vie» est signé Adil El Fadili et Youssef Berrada .

ALAIN BOUITHY
Jeudi 20 Octobre 2011

Lu 798 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs