Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

12 Afghans tués lors d’une attaque de la coalition : L’opération Moshtarak cible les civils




La mort de 12 civils afghans lors d’une attaque des forces de la coalition anglo-américaine dans la province d’Helmand (sud de l’Afghanistan) représente «un sérieux revers», a estimé lundi le chef d’Etat-major de l’armée britannique, le général Jock Stirrup.
Le général britannique a confié à la radio 4 de la BBC que l’accent doit être mis sur la nécessité de gagner la confiance de la population afghane, notant que des incidents de ce genre étaient «inévitables».
Quelque 15.000 soldats, en majorité américains et britanniques, sont engagés dans l’offensive Moshtarak, destinée à «stabiliser» la province d’Helmand et baliser le chemin pour le début du processus politique en Afghanistan.
D’après la presse londonienne, aucun soldat britannique n’a été impliqué dans l’attaque qui a fait 12 morts parmi la population civile afghane.
Le Général Stirrup a souligné que l’opération Moshtarak à laquelle prennent par quelque 2.500 soldats afghans, pourrait durer jusqu’à 12 mois.
Le ministère britannique de la Défense a estimé que l’opération évolue selon le plan arrêté par les commandants des forces occidentales en Afghanistan.
Pour sa part, le président afghan Hamid Karzaï a ordonné lundi l’ouverture d’une enquête sur la mort de civils dans l’offensive lancée la veille par les forces étrangères et afghanes contre les talibans dans la région de Sarjah, dans le sud de l’Afghanistan.
M. Karzaï a précisé que les civils ont été tués par une roquette tirée sur leur maison durant l’opération.
L’Otan a pour sa part fait savoir que ses forces engagées dans l’offensive étaient responsables de la mort de 12 civils, tués par deux roquettes qui ont «manqué leur cible», sans préciser s’il s’agissait du même incident évoqué par le président Karzaï.
La force internationale d’assistance à la sécurité (Isaf-Otan) a indiqué que les roquettes avaient été tirées à partir d’un système d’artillerie mobile monté sur un camion Himars (High Mobility Artillery Rocket System), et que le recours à ce type de véhicules était suspendu dans l’attente des résultats de l’enquête.
Depuis le début de l’opération, l’Isaf a fait état de la mort de trois soldats étrangers, dont un britannique et un américain, mais les militaires de l’Otan se sont déclarés satisfaits face à l’absence de «résistance cohérente» des rebelles.

MAP
Mercredi 17 Février 2010

Lu 455 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs