Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

100.000 chômeurs de plus en une année

Les jeunes et les diplômés du supérieur sont les plus touchés




100.000 chômeurs de plus en une année
Nul besoin de jouer les Cassandre : les derniers chiffres du Haut commissariat au plan s’en chargent à merveille. Finalement, le seul indicateur qui aurait pu mettre du beaume au coeur des Marocains ne cesse de virer au rouge. De plus en plus de personnes actives sont, en effet, frappées par le chômage, faute d’une stratégie gouvernementale qui aurait pu redonner des couleurs à l’économie nationale rt booster les créations d’emplois.
Alors que la population active âgée de 15 ans et plus s’est accrue de 2,1% au deuxième trimestre de l’année 2013 par rapport au même trimestre de 2012, pour s’élever à 11.900.000 personnes, l’économie nationale n’a créé, durant ce même laps de temps, que 144.000 postes de travail dont 63.000 en milieu urbain et 81.000 en milieu rural. Certains secteurs jadis gros pourvoyeurs d’offres d’emplois, tels le BTP et les services sont même à la bourre.
Le premier s’est délesté de 38.000 de ses travailleurs et le second n’a créé que 5.000 postes alors qu’il en créait 85.000 en moyenne annuelle au cours des cinq dernières années. La raison en est la baisse de l’emploi dans certaines branches notamment le «transport entrepôts et communication» et les «banques, assurances et activités immobilières». Ces branches ont ainsi perdu respectivement 20.000 et 18.000 postes.
Au total, le nombre de chômeurs a ainsi augmenté de 100.000 personnes et le taux de chômage s’est établi à 8,8%, au niveau national contre 8,1% une année auparavant.
Pis, les hausses les plus importantes du chômage ont affecté les jeunes âgés de 15 à 24 ans avec un taux passant de 17,1% à 18,4% et les personnes sans diplôme avec un taux de 4,3% contre 3,5% auparavant.
L’analyse des principales caractéristiques de la population active en chômage révèle ainsi que quatre chômeurs sur cinq (83,2%) sont des citadins, deux sur trois (67,9%) des jeunes âgés de 15 à 29 ans, un sur quatre est diplômé de niveau supérieur (24,6%), un sur deux (51,3%) est primo-demandeur d’emploi et près de deux sur trois (66,2%) chôment depuis plus d’une année. Ce qui n’est pas de bon augure.
La crise ayant pris ses quartiers pour une période qui semble longue, de plus en plus de jeunes et de citadins n’auront plus le choix qu’entre l’informel et les métiers de la précarité qui ont élu domicile dans le secteur des services ou le chômage. Ce qui ne peut les prédisposer à prendre leurs responsabilités dans l’édification de ce Maroc que leurs parents ont espéré voir moderne et développé. A moins qu’ils ne prennent leur mal en patience, ces futurs chômeurs risquent donc de réclamer leur droit constitutionnel au travail de manière sinon imprévisible du moins aussi visible que le font actuellement les diplômés chômeurs en éternelle quête d’un travail décent que le gouvernement Benkirane leur refuse, quitte à avoir écorné l’un des principes fondateurs des Etats, à savoir la continuité des services publics.

J.R.
Mardi 6 Août 2013

Lu 781 fois


1.Posté par Magid le 06/08/2013 21:26
Le gouvernement Benkirane ne peut pas obliger les chefs d'entreprise à embaucher tous les chômeurs. Il faut arrêter d'imputer au gouvernement l'entière résponsabilité de cette hausse du chômage qui trouve aussi son origine principalement dans la crise économique mondiale que nous traversons mais aussi dans l'nadéquation de la formation d'un bon nombre de chômeurs avec les postes qu'ils convoitent. Trouver un travail à un chômeur n'est pas une mission de service public . Dans une économie de marché, c'est bien le chercheur d'emploi qui doit lui même faire la démarche de chercher un employeur potentiel et le convaincre de l'embaucher et non l'état. Avec ce genre de commentaire on se croirait à l'époque communiste ou c'est l'état qui se chargait de trouver un poste à chacun. La seule mission de l'état est de faciliter les démarches des chercheures d'emplois notamment au travers de structure comme l'ANAPEC et de s'assurer que le droit du travail est respecté. A bon entendeur !

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs