Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Trompe-l’œil




​Trompe-l’œil
La présidence algérienne a rendu publique la liste du gouvernement Abdelmalek Sellal, remanié, revu et corrigé et béni par Abdelaziz Bouteflika «himself», est-il dit dans un communiqué sobrement émis par l’APS. Treize portefeuilles sont concernés par la nouvelle version du feuilleton Sellal saison 5. Les plus évidents sont ceux de l'Intérieur, de l'Energie, et des Finances qui ont été vidés sans sommation de leur contenu. 
Nonobstant Tayeb Belaïz, ex-préposé aux affaires du territoire dont on ne sait encore si la désignation en tant que conseiller spécial de l’enfant « Boutef » est une voie de garage ou une promotion, les deux derniers maroquins retirés à leurs locataires ont tout d’une fessée plus tapageuse qu’autre chose en ces temps durs que traverse le voisin.  En effet, le limogeage de Mohamed Djellab et Youcef Yousfi résume au mieux l’enjeu politique où le tape-à-l’œil et la vacuité triomphent trop souvent d’une raison d’Etat très savamment tue comme il est de coutume à l’Est. 
Ce remaniement qui, in fine, n’aura été qu’un trompe-l’œil, intervient alors que l’Algérie est éclaboussée par des scandales où favoritisme, corruption, trafic d’influence, blanchiment d'argent, malversation ne sont qu’un doux euphémisme par rapport à la réalité du terrain.
Depuis la fin du mois dernier, la justice algérienne examine d’une stratégie plus basée sur les rapports de force et qui fait passer au second plan ses considérations idéologiques, trois grosses affaires ayant soulagé les caisses du Trésor public, trop débordantes de milliards de dollars. 
Il y a l’autoroute est-ouest, un projet initial de six milliards de dollars qui devait être livré il y a de cela cinq ans et dont le coût se chiffre actuellement à 17 milliards et le bitume est loin d’être bouclé. Du coup, les cinq milliards tout au plus de préjudice reproché à l'ex-magnat, Rafik Khalifa, n’en devient qu’une anecdote. Quant à l’affaire du groupe pétrolier Sonatracht, dont les échos ont résonné jusqu’en Italie et en Allemagne, on ne doute guère de l’issue du procès en juin. Les «seconds couteaux devraient payer en lieu et place de certaines stars du feuilleton Sellal toujours en place, justement,  elles. 
Enfin, on tait l’affaire de la centaine d’hélicoptères dont on soupçonne la société AgustaWestland d’avoir versé des pots-de-vin à quelques uniformes galonnés. Mais, là, chut!  l’enquête est toujours en cours.

Samedi 16 Mai 2015

Lu 1004 fois

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs