Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​La loi foulée au pied




​La loi foulée au pied
«Much loved» aurait finalement dû demeurer ce qu’il est en réalité, c’est-à-dire une vision de cinéaste sur son environnement immédiat ou sur un phénomène social particulier.  Il n’en a   malheureusement pas été ainsi puisqu’avant même d’être projeté sur grand écran, il a provoqué une polémique telle qu’il est devenu impossible de se déterminer objectivement à son endroit. Certes chacun est libre d’en avoir dit ce qu’il voulait et son contraire. Je ne le ferais pas pour la simple raison que je n’ai pas eu l’heur de l’avoir vu.
Ce qui me choque donc, ce ne sont pas les scènes osées ou non de ce film, mais de voir le ministère de la Communication suppléer à qui de droit pour nous gratifier d’un communiqué on ne peut plus insipide.
Il y souligne que «suite  aux conclusions d'une équipe du Centre cinématographique marocain qui a regardé  le film lors de sa projection dans le cadre d'un festival international, les  autorités marocaines compétentes ont décidé de ne pas autoriser sa projection  au Maroc, vu qu'il comporte un outrage grave aux valeurs morales et à la femme  marocaine, et une atteinte flagrante à l'image du Royaume».  
Soit, mais il y a un hic : la loi n’a pas été respectée. 
En effet, le Dahir du 19 septembre 1977 relatif à la réorganisation du CCM prévoit avec précision les modalités d’exploitation commerciale de tout produit cinématographique sur le territoire national. A commencer par la composition et le mode de fonctionnement de la commission de visionnage des films cinématographiques. Celle-ci y est-il indiqué avec une clarté qui ne laisse nul doute, doit siéger au sein du CCM et non à Cannes ou dans une autre localité de France et de Navarre. En outre, le film demandeur de visa doit être mis à sa disposition pour qu’elle puisse couper les plans ou séquences qui pourraient être, selon elle, attentatoires aux bonnes mœurs ou préjudiciables aux jeunes. Enfin, ce n’est nullement à une quelconque «autorité marocaine compétente» ou à  un ministre d’annoncer une interdiction de mise sur le marché d’un film, mais au seul directeur du CCM. 
Outre la polémique qu’il a créée, «Much loved» est ainsi devenu, à son corps défendant, l’illustration d’une volonté gouvernementale délibérée de violer la loi. Pas plus, pas moins.

Mercredi 27 Mai 2015

Lu 684 fois

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs