Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Amal Clooney parle de son mariage






Dans une interview accordée dernièrement à la BBC, Amal Clooney a révélé à quel point son mariage à l’un des hommes les plus médiatisés au monde, George Clooney, l’aidait dans son travail au quotidien en lui apportant une exposition médiatique importante. La jeune femme a confié : «Il y a une grande partie de mon travail qui se passe derrière des portes fermées et que le public ne voit jamais. Si plus de personnes comprennent ce qui se passe avec les Yézidis et Daech et si des actions peuvent en résulter pour aider mes clients, alors je pense que ça peut être une bonne chose d’avoir cette publicité supplémentaire. Cela étant, si vous n’avez pas un dossier solide et un message concret, alors une exposition médiatique ne vous mènera pas très loin».
Amal Clooney est une avocate des droits de l’Homme de grand renom et a effectué un travail important  ces dernières années sur l’esclavagisme sexuel dans des zones de conflit comme l’Irak, notamment pour les femmes Yézidis. A ce sujet la star a déclaré : «J’ai interviewé d'anciens enfants soldats et des jeunes filles qui avaient été violés et réduits en esclavage par Daech. Ça a été parmi les témoignages les plus déchirants que j’ai jamais entendus. Nous savons que c’est un génocide, l’ONU l’a confirmé, en d’autres termes Daech essaie de détruire le peuple Yézidis et nous laissons faire sans demander à Daech de rendre des comptes». 
Le couple qui attend des jumeaux était présent à Paris pour la cérémonie des Césars en février dernier où l’acteur a reçu le César d’honneur pour l’ensemble de sa carrière. Malgré le travail très prenant de sa femme qui a souvent lieu dans des zones à risques, George Clooney, dans une interview exclusive accordée à Paris Match, a confié qu’ils avaient décidé d’être plus prudents désormais : «On a décidé d’être beaucoup plus responsables, d’éviter le danger. Je n’irai plus au Soudan du Sud et ni au Congo, Amal n’ira plus en Irak et elle évitera les endroits où elle sait qu’elle n’est pas la bienvenue. Avant, je m’en fichais, je dirais même qu’il y avait un côté assez excitant à aller où aucun journaliste n’était jamais allé. On a la chance de vivre entre trois pays : l’Italie, l’Amérique et l’Angleterre. Mais dès que les enfants iront à l’école, il faudra choisir où s’installer. En attendant, on continuera à bouger en fonction de nos emplois du temps respectifs. Les gens pensent que nous ne sommes jamais ensemble, mais nous n’avons pas été séparés plus d’une semaine.»

Libé
Samedi 11 Mars 2017

Lu 80 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs